10.11.2017
Le « Groupe de contact pour la Méditerranée centrale » se rencontrera lundi, à Berne, afin de débattre sur les manières de faire face aux mouvements migratoires. Cette conférence est aussi nécessaire que la recherche critique, pour la Suisse et l’Europe, de leur part de responsabilité aux causes de la fuite. Les raisons économiques de celle-ci — exploitation dans le commerce des matières premières, relations commerciales non équitables, drainages de plusieurs milliards par des échappatoires fiscales — émanent d’Europe. Ces situations sont par ailleurs exploitées dans de nombreux pays d’Afrique, par des cliques administratives autoritaires corrompues. La Suisse doit également remettre en question de manière critique la cohérence de sa politique migratoire, fiscale, et économique extérieure. Continuer
06.11.2017
Les recherches sur les « Paradise papers » laissent entrevoir une image effrayante, empreinte de corruption, de fraudes fiscales et d’exploitation. Une fois de plus, la Suisse se retrouve en plein centre de ce scandale, comme siège de sociétés et comme plaque tournante du commerce des matières premières. Pour Carlo Sommaruga, conseiller national (GE), « nous ne devons pas être indifférents au fait que des sociétés suisses, telles que Glencore, empochent des milliards en Afrique, alors que la population locale vit dans la pauvreté la plus profonde. » L’initiative pour des multinationales responsables est nécessaire, afin que les entreprises suisses respectent les droits humains et la protection de l’environnement. Continuer
26.09.2017
Le Groupe socialiste se range derrière l’extension de l’échange automatique d’informations (EAI), aux côtés de 41 autres États. L’EAI est la pierre angulaire de la lutte mondiale contre l’évasion fiscale. Un retour en arrière sur cette question, comme le souhaite pourtant l’UDC, affaiblirait la Suisse sur le plan économique, sans parler des risques majeurs d’image et de réputation encourus sur les questions d’argent sale et d'évasion fiscale. Continuer
05.07.2017 | PS, Verts, Vert'libéraux, PLR, PDC, PEV, PBD
Dans son message, le Conseil fédéral montre clairement que l’initiative « Le droit suisse au lieu de juges étrangers » compromet les intérêts de la Suisse. Cette initiative va à l’encontre des droits humains et de l’économie. Sa mise en oeuvre constituerait une menace pour la sécurité juridique et affaiblirait considérablement la place économique suisse. Au lieu de clarifier le rapport entre le droit national et le droit international, le texte de l’initiative compliquerait encore la donne. Continuer
28.06.2017
Il est de l’intérêt le plus profond de la Suisse d’entretenir, avec ses voisins européens et l’UE, de bonnes, étroites et fiables relations, ainsi qu’un solide partenariat. C’est pourquoi le PS se rallie à la vision du Conseil fédéral de consolider les bilatérales avec un nouvel accord. Afin que les débats urgents et nécessaires autour de la consolidation et du développement des accords bilatéraux avec l’EU puissent commencer en Suisse, les partis du centre et les associations économiques doivent enfin sortir de leur peureuse torpeur vis-à-vis de la politique européenne. Continuer
14.06.2017
Le PS regrette le retrait de Didier Burkhalter, qui a permis à la Suisse de rayonner avec dignité sur le plan international, comme le souligne le président du PS, Christian Levrat : « Didier Burkhalter s’est opposé aux coupes orchestrées dans la coopération au développement et a participé, dans le cadre de son mandat à la Présidence de l’OSCE, à la conciliation des relations avec la Russie. Il s’est par ailleurs efforcé, en politique européenne, de poursuivre le développement des relations avec l’UE ». Continuer
22.05.2017
La majorité de droite lance une nouvelle attaque contre la collaboration internationale. L’UDC et le PLR ont obtenu, en Commission des finances du Conseil national (CdF-N), que la volonté du Parlement d’attribuer 0,5% du revenu national brut (RNB) à la collaboration internationale soit tout simplement biffée. Cette coupe est d’autant plus mesquine que les comptes 2016 se bouclent sur un bien meilleur résultat que budgété. Continuer
26.04.2017
Après que le Conseil fédéral a renoncé à un contre-projet à l’initiative RASA, les chances d’en voir naître un sont désormais infimes. Sur le principe, le PS reste ouvert à un contre-projet. Si tel ne devait pas être le cas, un retrait de l’initiative serait perçu, du point de vue du PS Suisse, comme une issue logique. L’objectif de RASA, à savoir le sauvetage des bilatérales suite à l’initiative contre l’immigration de masse de l’UDC, est atteint, puisqu’aucun référendum n’a abouti contre le projet de mise en œuvre du Parlement. Continuer
21.12.2016
Avec la loi d’application de l’article 121a Cst, le Parlement a résolu la contradiction entre la Constitution et la voie bilatérale. La prochaine étape sera de consolider la protection des travailleuses et des travailleurs ainsi que les rapports avec l’Europe. Dès lors, un contre-projet à RASA ne relèverait pas du simple exercice de sauvetage, mais bien d’une chance de développer les relations entre la Suisse et l’Europe. Continuer
16.12.2016
Aujourd’hui, le Parlement a défini la mise en œuvre de la disposition constitutionnelle 121a. Il pourra dès lors ratifier le protocole croate, permettant au programme de recherche Horizon 2020 de se poursuivre. Le PS salue la loi de mise en œuvre : elle permettra la poursuite des bilatérales et apporte un progrès de politique sociale en offrant la priorité aux chômeuses et chômeurs suisses. Continuer

Pages