10.11.2017
Le « Groupe de contact pour la Méditerranée centrale » se rencontrera lundi, à Berne, afin de débattre sur les manières de faire face aux mouvements migratoires. Cette conférence est aussi nécessaire que la recherche critique, pour la Suisse et l’Europe, de leur part de responsabilité aux causes de la fuite. Les raisons économiques de celle-ci — exploitation dans le commerce des matières premières, relations commerciales non équitables, drainages de plusieurs milliards par des échappatoires fiscales — émanent d’Europe. Ces situations sont par ailleurs exploitées dans de nombreux pays d’Afrique, par des cliques administratives autoritaires corrompues. La Suisse doit également remettre en question de manière critique la cohérence de sa politique migratoire, fiscale, et économique extérieure. Continuer
19.05.2016
Concernant la très actuelle question de la migration, les égoïsmes nationaux mènent à une impasse. Seule une solution européenne commune est acceptable et satisfaisante pour les personnes fuyant la guerre et la violence. C’est pour cette raison que le PS soutien l’engagement de sa conseillère fédérale Simonetta Sommaruga en faveur d’une coopération et d’une coordination accrues au sein de l’Europe. Le PS Suisse organise donc, en partenariat avec le Parti socialiste européen, une conférence internationale sur la politique migratoire, ce samedi à Berne. Continuer
18.09.2015
Soixante millions de personnes sont aujourd’hui sur les chemins de l’exil, dont seule une petite minorité tente de rejoindre l’Europe. Notre planète n’a jamais compté autant de réfugié-e-s depuis la Seconde Guerre mondiale. La réponse du Conseil fédéral à cette situation exceptionnelle est trop timide et trop peu généreuse. « Alors même que les appels à l’aide proviennent de toutes parts et que de multiples organisations tirent la sonnette d’alarme, le Conseil fédéral articule le chiffre de 70 millions de francs d’aide… C’est bien trop peu ! », regrette le conseiller national (GE) Carlo Sommaruga. En matière d’accueil de réfugié-e-s, la Suisse doit également faire beaucoup plus. Continuer
14.09.2015
La présidente de la Confédération, Simonetta Sommaruga, prend part aujourd’hui à une rencontre des ministres de l’intérieur de l’Union européenne à Bruxelles. Le PS est sur la même ligne que sa conseillère fédérale : l’actuelle vague de réfugié-e-s ne peut être assumée que dans le cadre d’une politique européenne coordonnée et globale. Pour Cesla Amarelle, conseillère nationale (VD), « la Suisse doit prendre ses responsabilités et participer à la clef de répartition européenne. Les Etats européens doivent se mettre d’accord sur des standards minimaux pour l’accueil et l’hébergement des réfugié-e-s. Ils doivent également mettre en place des couloirs sécurisés et légaux. C’est pourquoi nous soutenons la réintroduction des demandes d’asile dans les ambassades, au niveau européen ». Continuer
09.09.2015
La restructuration du domaine de l'asile est à présent sous toit, grâce à la majorité constructive du Conseil national. « Voilà enfin une réforme de l'asile qui a du sens », se réjouit la conseillère nationale (VD) Cesla Amarelle. « A l'avenir, les procédures d'asile seront plus courtes et, grâce au droit à un conseil juridique gratuit, plus justes ». Un seul parti s’est opposé à cette amélioration des procédures d'asile. Cette droite dure, qui fait feu de tout bois, est manifestement plus soucieuse de soigner sa campagne électorale xénophobe que de trouver des solutions dans l'intérêt du pays et des personnes concernées. Continuer
29.08.2015
C’est avec une minute de silence que le Groupe socialiste a rendu hommage aux victimes des différentes catastrophes humanitaires liées à l’immigration de ces derniers jours. Après la mort par asphyxie de douzaines de refugié-e-s sur une autoroute autrichienne, il est d’autant plus clair que la situation ne peut plus perdurer. Pour Roger Nordmann, vice-président du Groupe socialiste, il est que clair que « nous avons laissé trop longtemps les réfugiés dans un désespoir les poussant à mettre en jeu leur vie. Penser qu’il suffit de rendre le pays ‹ moins attractif › est une grave erreur et un leurre ». Le PS exige que la politique migratoire suisse soit révisée : un lieu d’accueil légal et une voie sécurisée est nécessaire pour les réfugié-e-s et l’isolement et l’intimidation doivent céder la place à une culture d’accueil. La Suisse est un pays fortuné, dans lequel le domaine de l’asile fonctionne bien. Le PS demande au Conseil fédéral de rehausser clairement le contingent de réfugié-e-s syrien-ne-s et d’être actif pour la mise en place d’une politique européenne coordonnée et humaine sur la question de l’asile. Continuer
07.05.2015
En tant que membre de Schengen et de Dublin, la Suisse est responsable de ce qui se passe aux frontières de l'Europe. Opérations de sauvetage en Méditerranée, réintroduction de la possibilité de déposer des demandes d'asile dans les ambassades ou encore augmentation massive des contingents de réfugiés ; toutes ces solutions sont viables à la seule condition que les Etats européens agissent de concert. Dans ce sens, le PS a déposé une série d’interventions parlementaires durant la session extraordinaire. Ces dernières exigent du Conseil fédéral davantage de coopération avec nos voisins européens. Dans le même temps, la Suisse doit donner l'exemple. Cela passe par des contingents aussi élevés que possible, plus de moyens pour les opérations de sauvetage et pour l’aide sur place. Continuer
01.05.2015
Christian Levrat, le président du Parti socialiste suisse, a plaidé, durant son discours du 1er mai à Fribourg, pour un engagement plus fort de la Suisse dans la politique d’asile européenne. « Ce qui se passe sur la mer Méditerranée est inacceptable. Et cela concerne la Suisse. La frontière sud de notre pays n’est pas à Chiasso. En matière de migration et d’asile, grâce à Schengen et Dublin, elle est à Lampedusa ! » La Suisse doit faire beaucoup plus pour les personnes persécutées, à la recherche d’une protection. Tout comme elle a su le faire par le passé, elle doit à nouveau se montrer solidaire et généreuse. Continuer
25.04.2015
Le Parti socialiste n’attendra pas 34 ans de plus pour que la Constitution et la loi sur l’égalité soient enfin appliquées. Réunis à Berne, les délégué-e-s socialistes ont unanimement accepté un papier de 13 mesures visant la réalisation de l’égalité salariale entre hommes et femmes. « De nos jours, 7,7 milliards de francs sont volés chaque année aux femmes en Suisse », dénonçait le président du parti, Christian Levrat, devant quelque 200 délégué-e-s. La conseillère fédérale socialiste Simonetta Sommaruga a clairement affirmé que la politique autorégulatrice n’avait pas apporté les résultats escomptés en la matière. Le PS est également de cet avis. Il est grand temps que le principe constitutionnel « à travail de valeur égale, salaire égal » soit assorti de contraintes, afin qu’il soit finalement appliqué. Continuer
20.04.2015
Au vu des récentes catastrophes humanitaires dues aux naufrages de navires transportant des réfugié-e-s en mer Méditerranée, la Suisse prend part, cet après-midi, à une séance de crise avec les ministres des affaires intérieures et extérieures de l’Union européenne. Le PS attend que la Suisse demande une extension des missions de sauvetage, tant sur le plan géographique que sur le plan financier. Pour Carlo Sommaruga, conseiller national (GE), « l’Europe doit opter pour une politique humaine de sauvetage des réfugié-e-s et l’allocation de moyens supplémentaires, afin de sauver autant de personnes que possible, grâce à des opérations actives de recherches et de secours. L’Italie avait démontré, avec la regrettée opération Mare Nostrum, l’efficacité de ce type d’opération, ayant permis de sauver des milliers de personnes. » Continuer

Pages