Page d'accueil / Médias / Communiqués / 2012 / La politique européenne au centre des discussions du Groupe socialiste

La politique européenne au centre des discussions du Groupe socialiste

Dans le cadre de sa séance hebdomadaire, le Groupe socialiste des Chambres fédérales a mené une large discussion sur la politique européenne. Pour en conclure que – dans ce dossier - la Suisse se retrouvait à nouveau à la croisée des chemins. Reste que, pour le PS, le statu quo n’est pas une option. En revanche, si des voix s’élèvent aujourd’hui pour reconsidérer l’adhésion de notre pays à l’EEE, c’est bien que la voie bilatérale n’a pas remplis les espoirs placés en elle et que le déblocage de situation est aujourd’hui indispensable. Pour le PS toutefois, le débat ne saurait se résumer à l’EEE. Il convient plutôt de reprendre un débat factuel et constructif sur l’intégration européenne en actualisant, par exemple, le rapport d’intégration qui date de 1999. Au delà des aspects économiques, financiers, sociaux et écologiques, cette analyse devra également approfondir les questions liées à la démocratie politique.

Cet après-midi a également été consacré à la présentation des résultats d’un groupe de travail qui – pendant des mois et avec le concours de juges et de procureurs des niveaux fédéral et cantonal – a planché sur la procédure pénale. Toute une série d’interventions socialistes reprenant le fruit de leurs réflexions ont été simultanément déposées au Conseil national et au Conseil des États. Les domaines d’intervention touchent notamment les questions liées à la surveillance pénale des nouvelles technologies (Skype, par ex.). Le PS exige encore que les primo-délinquants présentant un risque élevé de récidive puissent être placés sous surveillance, voire en détention préventive comme c’était encore possible, il y a quelques années. Il insiste également sur la garantie de l’indépendance des enquêtes lorsque des plaintes sont déposées contre des policiers ou des membres du service pénitentiaire. D’autres interventions visent à introduire une procédure pénale plus performante, notamment en cas de flagrant délit ou encore une meilleure collaboration entre les diverses instances engagées ont également été déposées.

Par ailleurs et après avoir procédé à son audition, le Groupe socialiste a décidé de soutenir la candidature de Philippe Schwaab au secrétariat général de l’Assemblée fédérale.

Enfin, l’ancienne présidente du Groupe socialiste (2006-2011) Ursula Wyss a officiellement pris congé de ses collègues du PS et formellement annoncé son retrait du Conseil national. Après plus 13 ans de mandat à la Chambre du peuple, cette session d’hiver sera donc la dernière pour la nouvelle élue à l’exécutif de la ville de Berne. Le Groupe socialiste remercie chaleureusement Ursula Wyss pour son engagement et lui souhaite beaucoup de plaisir ainsi qu’un franc succès dans ses nouvelles fonctions.

Souhaitez-vous continuer avec la version optimisée pour votre téléphone portable?