Page d'accueil / Médias / Communiqués / 2012 / Le Groupe socialiste rejette une libéralisation débridée au détriment des employé-e-s

Le Groupe socialiste rejette une libéralisation débridée au détriment des employé-e-s

Dans le cadre de sa séance préparatoire, le Groupe socialiste des Chambres fédérales s'est notamment penché sur la motion Lüscher qui prévoit une libéralisation majeure des heures d'ouverture des magasins de stations-service. Pour le PS, il est évident que cette proposition péjore massivement les salarié-e-s et qu'elle doit, en conséquence, être rejetée. La pesée des intérêts entre les propriétaires de shops, les besoins de la société et le quotidien des employé-e-s ne peut s'effectuer exclusivement au détriment de ces derniers. En plénum, les parlementaires socialistes mettront tout en ouvre pour faire échouer cette libéralisation abusive et se réservent, en tout état de cause, la possibilité de lancer un référendum.

Par ailleurs, des progrès considérables en matière de protection des travailleuses et des travailleurs semblent à portée de main, en lien avec les mesures d'accompagnement à la libre circulation des personnes. La Commission préparatoire est ainsi d'avis qu'il faut introduire une responsabilité solidaire, en cas de dumping salarial, pour les entreprises qui sous-traiteraient des mandats à des tiers. De l'avis du PS, l'introduction d'un tel dispositif est non seulement profitable aux employé-e-s, mais aussi aux petites et moyennes entreprises qui ont longtemps été désavantagées, sur ce plan, par rapport aux sociétés de taille supérieure.

S'agissant de la 6ème révision de l'AI, le Groupe socialiste ne peut que constater les velléités d'économies de la droite qui considère visiblement que cet exercice doit se résumer à un démantèlement pur et simple de l'assurance-invalidité. Elle souhaite ainsi non seulement réduire les rentes pour enfant, mais aussi les indemnités journalières tout en n'épargnant aucunement les rentes actuelles. Dans ces conditions, l'AI ne peut pas remplir sa mission. Ce sont d'abord les personnes souffrant de handicaps sévères qui seront les plus touchées par la suppression de ce soutien qui leur est indispensable. Plutôt que de réduire les rentes, il faudrait - au contraire - s'attacher à améliorer la réintégration sur le marché de l'emploi. Le PS entend bien s'engager avec détermination contre ce programme de démantèlement sur le dos des rentières et des rentiers AI.

Ce mardi, le Groupe socialiste a encore évoqué la révision de la loi sur le contrat d'assurance. Pour en conclure, à l'unanimité, que le Conseil national devait se saisir de ce dossier trop longtemps laissé de côté. Cela signifie notamment qu'il s'opposera à la proposition de renvoi émanant de la droite.

Enfin, le Groupe socialiste a décidé - in fine - de recommander l'élection, demain, d'Ueli Maurer à la présidence de la Confédération.

Souhaitez-vous continuer avec la version optimisée pour votre téléphone portable?