Page d'accueil / Médias / Communiqués / 2013 / Assura dans de sales draps: il faut renforcer la surveillance, mais aussi fonder, au plus vite, une caisse maladie publique

Assura dans de sales draps: il faut renforcer la surveillance, mais aussi fonder, au plus vite, une caisse maladie publique

La suspension, ce mardi, des membres des Conseils de fondation d’Assura est particulièrement révélatrice de la profonde déliquescence du système suisse d’assurance-maladie. Le PS exige que des mesures soient enfin prises dans ce domaine dans la mesure où ce dernier épisode vient confirmer la nécessité d’un renforcement du contrôle des assurances. Au Parlement de prendre ses responsabilités et de tout mettre en œuvre pour empêcher les collusions d’intérêts. Le Conseil des États en aura d’ailleurs l’occasion, ces prochaines semaines, lorsqu’il traitera de la Loi sur la surveillance de l’assurance- maladie sociale. Pour autant, cela ne suffira pas. Notamment à interrompre – une bonne fois pour toutes – la chasse aux « bons risques ». Raison pour laquelle seule l’introduction d’une caisse maladie publique est susceptible de mettre un terme à la concurrence ruineuse que se livrent les caisses maladie. Le PS réitère, dès lors, son engagement déterminé en faveur de l’initiative « pour une caisse maladie publique » qui passera bientôt devant les Commissions législatives de la santé.

Souhaitez-vous continuer avec la version optimisée pour votre téléphone portable?