Page d'accueil / Médias / Communiqués / 2013 / « Contre les salaires abusifs » : PS, Verts et PEV déterminés à voter OUI !

« Contre les salaires abusifs » : PS, Verts et PEV déterminés à voter OUI !

Dans un peu plus d’un mois, le souverain se prononcera, en votation, sur l’initiative populaire « Contre les rémunérations abusives ». Un texte qui recueille un large soutien au-delà des barrières partisanes comme vient de le souligner une récente enquête de la SSR. Dans ce contexte, un Comité interpartis de gauche et du centre, composé de représentant-e-s du PS, des Verts et du PEV a présenté, ce jeudi, les arguments principaux qui militent, selon lui, pour une claire acceptation de cette initiative. 

Lors de la conférence de presse, la conseillère nationale Susanne Leutenegger Oberholzer est notamment revenue sur les raisons qui ont amené la dernière Assemblée des délégué-e-s du PS à recommander de soutenir cette initiative par 144 voix contre 2: « le PS plaide pour une répartition plus juste des salaires et autres rémunérations en Suisse. En premier lieu, parce que c’est socialement plus équitable, mais aussi parce qu’un meilleur équilibre entre revenus et fortune génère une croissance stable. Le 3 mars, nous disposons de l’opportunité de faire un grand pas dans cette direction ».  

Pour sa part, son collègue des Verts Daniel Vischer a indiqué que, si la démocratie actionnariale n’allait assurément pas tout résoudre, « il faut absolument que les parachutes dorés et autres primes de bienvenue ne puissent demeurer des pratiques échappant à tout contrôle, fut-il celui des actionnaires ».

Parti du centre, le PEV s’engage également en faveur de l’initiative comme la précisé son président Heiner Studer. « Ce texte est actuellement le seul dispositif qui permette d’empêcher des dérives dont le seul objectif est l’enrichissement personnel. Les espoirs placés dans un contre-projet efficace ne se sont pas concrétisés. Seule l’initiative permet de réguler les malversations et manœuvres dilatoires ».

Enfin, le conseiller national Jean Christophe Schwaab, président romand de l'Association suisse des employés de banque a souligné que « les rémunérations abusives ne sont pas uniquement le symptôme de la cupidité de quelques dirigeants, mais également d’une redistribution des richesses vers le haut, au détriment des salarié-e-s. Par ailleurs, ce sont sur les mesures contre les formes les plus choquantes de rémunérations abusives que le contre-projet est moins efficace que l’initiative, car il prévoit exceptions et échappatoires ».  

C’est le 3 mars prochain que l’initiative « Contre les rémunérations abusives » sera soumise en votation. Les Assemblées des délégué-e-s du PS, des Verts et du PEV se sont clairement déterminées en faveur du OUI.

Souhaitez-vous continuer avec la version optimisée pour votre téléphone portable?