Page d'accueil / Médias / Communiqués / 2013 / JO de St-Moritz 2022 : le Conseil fédéral se couche devant le CIO

JO de St-Moritz 2022 : le Conseil fédéral se couche devant le CIO

Le PS Suisse rejette la décision du Conseil fédéral relative aux Jeux Olympiques d’hiver de St-Moritz 2022, qui fait courir un risque financier très important pour notre pays. La Vice-présidente du PS, Barbara Gysi, émet de très sérieux doutes : « Le Conseil fédéral promet que les conséquences financières de St-Moritz 2022 peuvent être calculées. Les dernières expériences de ce genre démontrent que les coûts sont presque toujours hors de contrôle. Les plus lourdes pertes financières se situent généralement durant la dernière phase, lorsque la garantie financière doit être activée. Dans notre cas, cela interviendra en 2022 ». De plus, le Conseiller fédéral en charge du dossier des Jeux Olympiques de 2022 ne renforce pas notre confiance en ce projet.

Les corrections apportées au budget par les promoteurs du projet, sur pression du Conseil fédéral, ne sont que de la poudre aux yeux. Une garantie de déficit illimitée de la part de la Confédération revient à une exonération fiscale du Comité International Olympique (CIO) sur toutes les conséquences financières. Cette décision du Conseil fédéral est en parfaite contradiction avec la Commission des finances du Conseil national, qui a exclu, de manière explicite, une garantie de déficit de la part de la Confédération, en fixant un plafond maximal à 1 milliard de francs. La Commission réclame que le Parlement arrête une décision définissant clairement l’engagement financier de la Confédération. Avec cette volte-face, le Conseil fédéral intervient dans la campagne de votations qui bat son plein aux Grisons et soutient le comité en faveur en faveur des JO, avec une déclaration juridiquement très douteuse. Il est important de rappeler que c’est le Parlement qui aura le dernier mot et non le Gouvernement.

Pour le PS, il est clair que seul un soutien clair et massif de la population grisonne le 3 mars prochain peut permettre à ce projet de se poursuivre. Sur ce point, le PS rejoint l’avis du Conseil fédéral. Si le oui l’emporte lors de cette votation cantonale, le PS Suisse posera des exigences très claires sur une éventuelle candidature, notamment sur les questions financières ou sur les conséquences sur l’environnement. Le PS se ralliera également à une proposition de redimensionnement du projet actuel. Enfin, le PS proposera également que, dans tous les cas, une subvention fédérale soit soumise en votation populaire.

Souhaitez-vous continuer avec la version optimisée pour votre téléphone portable?