Le peuple doit se prononcer sur l’extension de la norme pénale antiraciste de sorte à interdire l’incitation publique à la haine et à la discrimination envers une personne ou un groupe de personnes en raison de leur orientation sexuelle, au même titre que les discriminations sur la base de l’appartenance raciale, ethnique ou religieuse.

Le PS recommande de voter OUI contre les discriminations le 9 février :

  • Tous les jours en Suisse, des personnes sont agressées physiquement à cause de leur orientation sexuelle. Des propos haineux précèdent souvent l’agression et attisent la violence physique. Interdire les appels publics à la haine et aux violences permet donc de protéger les personnes visées contre des atteintes à leur dignité humaine et à leur sécurité.
  • Si les agressions physiques et les insultes à titre personnel sont déjà punissables, l’homophobie comme la haine des personnes gay, lesbiennes et bisexuelles en tant que groupe n’est pas encore punissable en Suisse.
  • L’extension de la norme antiraciste comble donc un vide juridique en pénalisant la diffamation publique du groupe entier, et garantit l’égalité de toutes et tous devant la loi.
  • Ni la liberté d’expression ni la liberté de croyance ne seraient limitées : les avis cantonnés à la sphère privée appartiennent à tout un chacun, mais appeler publiquement à la haine est un crime qui menace la paix sociale, sans oublier que l’orientation sexuelle n’est pas une opinion.

Plus d'informations

10. jan 2020