• 22.06.2016
    La majorité de droite a décidé de poursuivre sa politique de cadeaux fiscaux. La dernière plaisanterie de mauvais goût de la Commission de l’économie du Conseil national (CER-N) revient à se passer de 2,3 milliards de francs annuels, en supprimant l’impôt sur le droit de timbre, complétée par une amnistie générale pour les fraudeurs fiscaux. Ainsi, la question peut être posée : qui paiera encore des impôts dans ce pays, en dehors des travailleuses et travailleurs, qui eux sont taxés sur chaque franc péniblement gagné ? Continuer
  • 14.06.2016
    Le PS lance le référendum contre la réforme de l’imposition des entreprises III (RIE III). La majorité de droite du parlement a franchi toutes les limites de l’acceptable : milliards de pertes fiscales et nouveaux privilèges pour les grandes entreprises et actionnaires, avec une facture adressée directement aux contribuables. C’est pourquoi la décision doit maintenant être prise par les personnes directement concernées au travers des urnes, afin de définir si la population est prête à régler une facture se chiffrant en milliards. Continuer
  • 06.06.2016
    Le Conseil des Etats n’est pas entré en matière aujourd’hui sur l’extension des horaires d’ouverture des magasins. Cette proposition antisociale et anti-fédérale est ainsi définitivement écartée. Pour Christian Levrat, président du PS Suisse, « c’est un grand succès pour le PS et les syndicats, mais c’est surtout une victoire pour tous les travailleurs concernés. La menace du référendum a ainsi démontré toute son efficacité ». Continuer
  • 25.05.2016
    Le ministre des finances, Ueli Maurer, a prévu jusqu’à un milliard de francs de nouvelles coupes dans les dépenses par année, d’ici à 2019. Cela démontre bien qu’il n’existe plus aucune marge de manœuvre au vu des cadeaux fiscaux et autres services offerts à la clientèle des partis de droite. Les 7 milliards de francs de dépenses supplémentaires ou de pertes de rentrées, tels que décidés par la majorité de droite depuis le début de la législature, doivent clairement être réduits, si l’on entend éviter que les finances publiques ne se retrouvent dans une situation critique. Continuer
  • 20.05.2016
    Pour le Groupe socialiste, l’augmentation des chiffres du chômage est un signal d’alarme. La Banque nationale (BNS) et les conseillers fédéraux en place doivent passer à l’action, avant que d’autres places de travail ne soient perdues. La BNS doit lutter contre la surévaluation du franc. En parallèle, un soutien direct doit être mis sur pied pour les entreprises concernées, comme la fin des exercices d’austérité irraisonnés. Si les investissements et les salaires baissent, les derniers moteurs de croissance pour la conjoncture nationale risquent de caler. Continuer
  • 20.05.2016
    Le banquier et conseiller national UDC Thomas Matter, avec l’appui de politicien-ne-s en vue du PLR et du PDC, a lancé une initiative populaire ne visant qu’un seul objectif : la fraude fiscale. Elle sape la morale fiscale et pénalise les citoyennes et citoyens honnêtes et colporte à l’étranger l’image d’un pays déroulant le tapis rouge à la fraude fiscale. C’est notamment pour ces raisons que le Conseil fédéral a également rejeté cette initiative. Le contre-projet est à peine moins impertinent, atténuant tout au plus quelques formulations éhontées. Il est d’autant plus incompréhensible que la majorité bourgeoise de la Commission de l’économie et des redevances du Conseil national (CER-N) ait approuvé ce contre-projet. Continuer
  • 27.04.2016
    Les «Panama papers» ont montré que la Suisse a encore du chemin à faire en matière de propreté de sa place financière. Il ne suffit pas de pointer du doigt les places financières offshore ou les professionnels de l’évasion fiscale. La Suisse doit aider à assécher le bourbier des places financières offshore tout en continuant de s’occuper de la sienne. Continuer
  • 21.04.2016
    Aujourd’hui se déroule la deuxième conférence nationale sur le thème des travailleuses et travailleurs âgés, une conférence qui fait suite à un postulat du conseiller aux Etats socialiste Paul Rechsteiner (SG). Pour la vice-présidente du PS Géraldine Savary, « au moins, Johann Schneider-Ammann reconnaît l’existence du problème. » La conseillère aux Etats regrette cependant le manque d’action car selon elle, « des conférences et des tables rondes ne créent pas d’emploi ni de perspectives pour les travailleuses et travailleurs après 50 ans. Les paroles doivent se transformer en actes. » Continuer
  • 20.04.2016
    La séance de la Commission de l’économie du Conseil national (CER-N) restera inscrite comme l’une des plus onéreuses de l’histoire : suppression des contre-financements de la RIE III (1,4 milliard), du droit de timbre (2,3 milliards), mise en place de privilèges fiscaux pour les paysans qui vendent des terrains agricoles (400 millions). Les cadeaux purement clientélistes effectués par la majorité de droite coûteront la bagatelle de 4 milliards de francs par an aux contribuables ! La population aura la possibilité de s’exprimer une première fois sur cette approche irresponsable des finances publiques, grâce au référendum sur la RIE III. Continuer
  • 13.04.2016
    Malgré les délibérations de la Commission de l’économie et des redevances du Conseil des Etats (CER-E), la réforme de l’imposition des entreprises III (RIE III) reste insuffisante et déséquilibrée, comme l’a critiqué Roberto Zanetti, conseiller aux Etats (SO) : « la majorité de droite transfère les pertes des cantons vers la Confédération, cherchant ainsi à s’attirer la bienveillance de ceux-ci, mais la facture totale reste inchangée. Les contribuables seront appelés à payer les cadeaux faits aux entreprises. » Ceux-ci auront le dernier mot dans les urnes, le référendum contre la RIE III sera lancé. Continuer
  • 06.04.2016
    Le PS a pris connaissance, non sans surprise et incompréhension, du fait que le Conseil fédéral maintenait sa ligne sur le programme de stabilisation 2017-2019. Economiquement inutile ce programme met en danger le plus important appui à la conjoncture suisse, à savoir la demande intérieure. Le Conseil fédéral définit mal ses priorités : alors que l’armée sera mieux pourvue financièrement, des coupes disproportionnées sont planifiées dans la formation, la coopération internationale et dans le domaine social. Continuer
  • 04.04.2016
    Les enquêtes rendues publiques aujourd’hui sur les « Panama papers » donnent un aperçu effrayant sur les insondables abîmes de l’industrie financière. Les jongleurs financiers utilisent des constructions offshore, des sociétés boîte-aux-lettres et des hommes paille, afin de dissimuler les flux d’argent illégitime, de pratiquer la fraude fiscale ou de blanchir de l’argent sale. Une fois de plus, la Suisse se distingue dans le monde entier au travers de ce nouveau scandale financier. Continuer
  • 17.03.2016
    La majorité de droite du Conseil national a massivement surchargé la réforme de l’imposition des entreprises III. Pour la seule Confédération, la RIE III coûterait annuellement 1,22 milliard de francs, voire 1,45 milliard avec la suppression du droit de timbre. Personne ne peut aujourd’hui évaluer les pertes pour les cantons, villes et communes, les estimations se chiffrant entre 500 millions et plusieurs milliards. Une chose est a contrario certaine, la facture des cadeaux fiscaux aux actionnaires et aux entreprises sera adressée aux contribuables. Toutes les mesures de contre-financement ont été rejetées. Si le Conseil des Etats ne corrige pas le tir pour revenir dans le domaine du raisonnable, le PS lancera un référendum. Continuer
  • 16.03.2016
    Le Conseil national débat aujourd’hui sur la situation économique. Désindustrialisation, augmentation du chômage, croissance économique faible : l’avenir de la place industrielle suisse est bien incertain. Pour le PS, il est temps que les partis du centre-droit et le Conseil fédéral retirent leurs œillères idéologiques. La Suisse a besoin d’un « agenda industrie 4.0 » pour maintenir les emplois et la création de valeur. Durant ces dernières années, la politique a développé une stratégie pour la place financière. Une stratégie similaire est désormais indispensable pour la place industrielle. Continuer
  • 08.03.2016
    Le Groupe socialiste a décidé aujourd’hui de proposer le renvoi de la réforme de l’imposition des entreprises III (RIE III). Au vu de la situation financière actuelle, un trou annuel de près de 1,5 milliard de francs dans les caisses de la Confédération serait totalement irresponsable. La Commission de l’économie doit travailler sur un nouveau projet, dont les coûts à charge de la Confédération ne dépasseraient pas les 500 millions de francs. Continuer