Sans aucune considération pour l’intérêt général, la majorité de droite au Conseil fédéral exige du Parlement une diminution drastique des admissions au service civil. Contrairement à l'Armée, le service civil a pourtant fait ses preuves depuis longtemps. Le PS condamne l'attitude de la Commission de la politique de sécurité du Conseil national (CPS-N), qui soutient cette attaque frontale menée contre le service civil.

« Le service civil est devenu indispensable dans de nombreuses institutions sociales », déclare le conseiller national Carlo Sommaruga (GE). « L'année dernière, ce sont 1,7 million de jours de service que les civilistes ont effectués en faveur des plus faibles dans notre société en Suisse. » Ces personnes engagées pour le bien du pays sont souvent qualifiées à tort de « paresseux », alors qu’elles servent le pays et ses habitant-e-s dans de nombreux et divers domaines. Le service civil est une grande réussite pour une Suisse plus sociale.

À l'avenir, le service civil pourrait, dans certains cas, durer bien plus longtemps que le service militaire obligatoire. « C’est une violation des droits fondamentaux », assure Carlo Sommaruga. « Les principaux problèmes se situent plutôt au niveau de l'Armée, qui doit enfin faire sa propre remise en question. En 2018, les admissions au service civil ont diminué de 8,5 % par rapport à l'année précédente. Et cela alors que l’effectif des membres de l'Armée en 2019 était de 5500 personnes supérieur à celui de l'année précédente.

Le PS combattra par tous les moyens la diminution injustifiée des admissions au service civil. Le 30 novembre, le Comité directeur demandera à l'Assemblée des délégué-e-s de soutenir le référendum « Sauver le service civil ! » si le Conseil national accepte la proposition et n'abandonne pas au moins les mesures qui sont clairement contraires au droit international.     

29. oct 2019