17.09.2020
La population veut plus de lumière dans l’obscurité du financement de la politique. De nombreuses votations cantonales et sondages concernant la transparence l’ont clairement montré ces derniers temps. Il est donc totalement inacceptable que la majorité du Conseil national ait souhaité se passer de la divulgation des noms des grands donateurs et donatrices des partis et comités de campagnes dans le contre-projet à l’initiative sur la transparence. Continuer
29.05.2020
Les résultats récents de votations dans plusieurs cantons sur la transparence en politique ainsi que de nombreux sondages le montrent clairement : la population souhaite que lumière soit faite sur le financement opaque du monde politique. Le comité de l’initiative sur la transparence, au niveau national, est d’autant plus déçu par l’affaiblissement massif du contre-projet indirect du Conseil des États, opéré par la Commission des institutions politiques du Conseil national (CIP-N). La majorité de la Commission se moque éperdument des clairs signaux lancés par la population. Continuer
02.03.2020
La session de printemps ayant à peine débuté, la majorité de droite du Conseil national s’agenouille devant le lobby des avocats d’affaires et refuse d’entrer en matière sur la modification de la loi sur le blanchiment d’argent. Ce faisant, elle affaiblit la lutte contre le blanchiment d’argent et contre le financement du terrorisme, et se refuse à protéger l’intégrité de la place financière suisse. Le PS Suisse appelle le Conseil des États à corriger cette décision incompréhensible du Conseil national. Continuer
16.12.2019
Selon de nombreux sondages, les deux tiers de la population suisse souhaitent plus de transparence en politique. Le rejet aujourd’hui, de l’initiative populaire « Pour plus de transparence dans le financement de la vie politique » par le Conseil des États, en est d’autant plus décevant. Le PS salue tout même le soutien apporté à un contre-projet indirect, mais celui-ci reste malheureusement insuffisant en matière de valeurs seuils, de mécanismes de contrôles efficaces et de sanctions. Il appartient maintenant au Conseil national nouvellement élu de corriger ces défauts. Continuer
25.10.2019
Dans un pays comme la Suisse, les dons conséquents ne peuvent pas continuer à être versés en toute opacité. C'est pourquoi il est décevant que la Commission des institutions politiques du Conseil des États (CIP-E) recommande le rejet de l'initiative populaire «  Pour plus de transparence dans le financement de la vie politique », bien que celle-ci soit modérée. Il faut cependant saluer la décision de la CIP-E de soutenir un contre-projet indirect à l'initiative. Toutefois, cette proposition ne va pas assez loin et doit donc être améliorée par le Conseil des États. Continuer
Le PS appelle à un lobbying transparent et équitable au Palais fédéral. Une fois de plus, la majorité de droite au sein de la Commission des institutions politiques du Conseil national (CIP-N) refuse la proposition déjà fortement atténuée, demandant la mise en œuvre de l’initiative parlementaire de Didier Berberat, conseiller aux États (NE). Ce projet de loi prévoit certaines obligations de divulgation pour les groupes d’intérêt au Palais fédéral. Continuer
18.06.2019
La majorité de droite est contre la transparence du lobbyisme au Palais fédéral. Elle ne soutient pas la proposition visant à mettre en œuvre l’initiative parlementaire de Didier Berberat, conseiller aux États (NE), qui avait déjà été fortement affaiblie par le Conseil des États. Ce projet de loi prévoit certaines obligations de divulgation pour les lobbyistes au Palais fédéral. Par cette décision décevante, le Conseil national méprise la volonté populaire. Les enquêtes montrent que deux tiers des personnes interrogées souhaitent plus de transparence en politique. Continuer
24.05.2019
Des enquêtes montrent que deux tiers de la population suisse souhaitent plus de transparence en politique. Toutefois, les groupes d’intérêts au Parlement fédéral ne devraient pas devenir plus transparents si on s’en tient à l’avis de la majorité bourgeoise dominant la Commission des institutions politiques du Conseil national (CIP-N). La commission n'est même pas d'accord avec la proposition, déjà fortement affaiblie par le Conseil des États, qui demande la mise en œuvre de l’initiative parlementaire de Didier Berberat, conseiller aux États (NE). Ce projet de loi prévoit certaines obligations de divulgation pour les lobbyistes au Palais fédéral. Le PS Suisse est indigné et appelle le Conseil national à corriger cette décision scandaleuse lors de la session d'été. Continuer
07.05.2019
Dans une démocratie directe comme la Suisse, comptant autant de votations et d’élections, le financement opaque de la politique est particulièrement problématique. C’est pourquoi la décision de la Commission des institutions politiques du Conseil des États (CIP-E), visant à soutenir un contre-projet à l’initiative populaire « Pour plus de transparence dans le financement de la vie politique » doit être saluée. Il est toutefois inacceptable que les partis et les comités d’initiative, dans la version ainsi proposée, ne soient transparents sur leurs finances qu’au-delà de 250 000 francs et ne divulguent l’origine des dons importants qu’à partir de 25 000 francs. Continuer
23.11.2016
Le Conseil fédéral empoigne la révision du droit des sociétés anonymes (SA) avec de bonnes intentions ; il reste cependant sur la réserve dans les mesures concrètes. Le PS déplore le manque de règles efficaces et d’ambition, dans le cadre de la mise en œuvre de l’initiative contre les rémunérations abusives par exemple, sur la question particulière de l’imposition des bonus ou le développement de la participation des collaboratrices et collaborateurs. Le Conseil fédéral va par contre dans la bonne direction pour les questions des quotas de genre dans les organes dirigeants. Continuer

Pages