C’est notre service de presse qui offre une tribune aux politiciennes et politiciens socialistes souhaitant s’exprimer sur les thèmes d’actualité.

  • 2016

  • 18.11.2016 | Roger Nordmann, conseiller national (VD), président du Groupe socialiste des Chambres fédérales
    Le 27 novembre prochain, il faut un OUI pour une sortie programmée du nucléaire ! Plus personne ne veut de l’énergie atomique, car elle n’est pas « seulement » dangereuse mais aussi terriblement chère et peu fiable. Seul un OUI nous permettra de stopper en 2017 le projet irresponsable d’Axpo, consistant à exploiter durablement à Beznau un réacteur bon pour la casse. Continuer
  • La conférence d’automne du PS60+ était placée cette année sous le signe de la politique des transports et de l’aménagement du territoire. Environ 90 membres se sont retrouvés à Lucerne pour échanger des idées concernant la manière dont les transports publics pourraient devenir plus conviviaux et l’espace public dans les villes plus agréable à vivre. Continuer
  • Voici comment je pourrais résumer mes impressions comme délégué du PS Suisse à la Présidence du Parti socialiste européen (PSE), qui s’est réuni le 14 octobre dernier à Bruxelles : Le Brexit (ses raisons : migrations, libre circulation avec dumping salarial et social, tendances nationalistes-populistes, souveraineté) plombe l’ambiance au sein de la famille progressiste européenne Continuer
  • 31.08.2016 | Valérie Piller Carrard, conseillère nationale (FR)
    En glissant un oui dans l’urne le 25 septembre, c’est aux retraité-e-s peinant à joindre les deux bouts que je penserai en priorité. Même après une carrière professionnelle «normale», ils sont nombreux à devoir vivre chichement. Un boulanger par exemple, dont le dernier salaire s’élevait à 5500 francs, doit se contenter s’il vit seul d’une rente totale de 3000 francs pour les 1er et 2e piliers. Continuer
  • 30.08.2016 | Roger Nordmann, conseiller national (VD), président du Groupe socialiste des Chambres fédérales
    Depuis plusieurs années, le 2ème pilier souffre de la faiblesse des rendements de la fortune. Pour y faire face, le Conseil fédéral a proposé une baisse du taux de conversion de 6,8 à 6%, soit une baisse de 12% des nouvelles rentes. Nombre d’experts considèrent cette baisse comme inéluctable, si l’on veut éviter la faillite de certaines caisses de pension. Continuer
  • 16.08.2016 | Jean Christophe Schwaab, conseiller national (VD)
    Comme toutes les lois estampillées « lutte contre le terrorisme », la LRens sert surtout à renforcer la surveillance préventive de masse, grâce à des moyens invasifs que le Service de Renseignement de la Confédération (SRC) peut mettre en œuvre sur la base de simples soupçons ou grâce à l’« exploration du réseau câblé », qui permet de surveiller l’entier des communications électroniques, y compris le flux internet Suisse-Suisse (qui transite souvent par des serveurs étrangers). Ces mesures restreignent beaucoup plus les libertés fondamentales qu’elles ne permettent de lutter contre le terrorisme. Continuer
  • 12.08.2016 | Ada Marra, conseillère nationale (VD)
    Ce soir j’ai entendu une camarade dire à la radio pourquoi elle votera oui à l’initiative sur la burqa. Par féminisme et parce que la Suisse doit défendre ses valeurs et sa culture. Or, je pense que l’objet premier de cette initiative cache des enjeux immenses pour les progressistes de ce pays. Et dire OUI à cette initiative est trop simpliste, voire une régression pour nos valeurs justement. Continuer
  • 01.08.2016 | Christian Levrat, Ständerat FR, Präsident der SP Schweiz
    La Suisse a le régime de naturalisations le plus sévère d’Europe. Plus de 2 millions de personnes en Suisse ne possèdent pas le fameux passeport à croix blanche. De plus, avec la nouvelle loi sur la nationalité, les obstacles deviendront encore plus difficiles à surmonter pour les candidates et candidats dès le 1.1.2018. C’est pour cela que pour le 1er août, la PS invite toutes les citoyennes et tous les citoyens qui répondent aux critères actuels à déposer une demande de naturalisation aussi vite que possible. Nous avons besoin de plus de participation, de plus de démocratie, de plus de Suisse. Continuer
  • 15.06.2016 | Adrian Wüthrich, président de l’association «Le congé paternité maintenant!» et président de Travail.Suisse
    En Suisse, un nouveau père a droit à un jour de congé payé, comme pour un déménagement. Au parlement ont eu lieu plus de 30 essais pour améliorer cette situation, la dernière fois fin avril (le Conseil national a refusé par 97 voix contre 90). La voie parlementaire ne porte pas ses fruits. Des sondages représentatifs montrent que 80% des votants veulent un congé paternité payé, raison pour laquelle une large alliance de la société civile a lancé l’initiative populaire "Pour un congé de paternité raisonnable – en faveur de toute la famille". Continuer
  • 13.05.2016 | Didier Berberat, Ständerat NE
    Notre camarade et collègue Pierre Bonhôte nous a quitté ce mercredi 11 mai, à l’âge de 51 ans. Le décès inattendu de Pierre nous a profondément touchés. Continuer
  • 01.05.2016 | Christian Levrat, Präsident SP Schweiz
    Un peu de chaleur est attendue depuis longtemps ! Le froid règne en maître depuis des mois sur la Suisse, aussi bien sur le plan météorologique que politique. Depuis octobre 2015 et le virage à droite des élections fédérales, un vent froid attaque nos oreilles. Démantèlement de la collaboration au développement, renforcement du pouvoir des caisses maladie, augmentation de l’âge de la retraite, rejet du congé parental ; la liste des décisions glaciales prises par la majorité de droite contre les intérêts de la population est longue. Continuer
  • 18.04.2016 | Christian Levrat, président du PS Suisse
    Helmut Hubacher, président du Parti socialiste de 1975 à 1990 et conseiller national de 1963 à 1997, a fêté vendredi son 90e anniversaire. « L’énergie, dont nous socialistes avons besoin pour avancer, nous la tirons du courant contre lequel nous nageons. » Je t’ai bien souvent entendu prononcer cette phrase, cher Helmut. Le plus souvent à la fin de l’un de tes discours. Continuer
  • 18.04.2016 | Carlo Sommaruga, conseiller national (GE)
    En matière militaire, il y a chez nous quelque chose qui ne tourne pas rond. La droite aussi bien bourgeoise que nationaliste est en mode combat idéologique. L’objectif stratégique est de remettre l’armée en tête des priorités nationales presque comme à l’époque de la guerre froide. Les moyens d’y parvenir sont multiformes. L’attaque contre le service civil qui empêcherait de doter l’armée de soldats en masse en est un. La défense d’un budget militaire astronomique de 20 milliards de francs sur quatre ans en imposant des coupes budgétaires dans tous les domaines, notamment dans la formation et l’aide au développement qui s’adressent aux plus démunis de la planète, en est un autre, essentiel. Continuer
  • 18.04.2016 | Carlo Sommaruga, conseiller national (GE)
    « Pour vivre heureux, vivons cachés ! » Les riches de tous les pays connaissent bien ce vers, datant du 18e siècle, concluant l’une des Fables de M. de Florian. Les sociétés dites « offshore » - qui font à nouveau l’actualité avec les « Panama papers » - n’ont jamais eu d’autre objectif, depuis leur création, que de permettre aux détenteurs de richesses de mettre en œuvre financièrement et fiscalement cette morale. Ainsi, ces sociétés offshore servent aux riches de tous les pays à échapper au fisc national en rattachant fictivement leurs avoirs à des paradis fiscaux. Avec la mondialisation économique et financière, les sociétés offshore sont devenues aussi l’instrument idéal des puissantes entreprises transnationales, afin d’échapper par des constructions légales, mais parfaitement illégitimes, à la fiscalité à laquelle les artisans locaux comme les petites et moyennes entreprises nationales ne pouvaient échapper. Cela, on le sait, en Suisse en particulier, depuis longtemps. Continuer
  • 08.03.2016 | Mathias Reynard, conseiller national (VS)
    Depuis 1981, notre Constitution affirme que l’homme et la femme « ont droit à un salaire égal pour un travail de valeur égale ». 35 ans plus tard, ce principe constitutionnel n’est pas encore respecté et les inégalités salariales persistent en Suisse: en moyenne, les femmes gagnent actuellement près de 20% de moins que les hommes dans notre pays. Si une partie de cet écart peut trouver une explication objective (formation, années de service, expérience, etc.), 40.9% de cette différence reste inexpliquée. Une telle discrimination n’est pas acceptable ! Continuer