C’est notre service de presse qui offre une tribune aux politiciennes et politiciens socialistes souhaitant s’exprimer sur les thèmes d’actualité.

  • 2016

  • 07.03.2016 | Jean-Christophe Schwaab, conseiller national (VD)
    Au moment de voter sur la prolongation des horaires de travail dans les commerces des grandes gares, puis des « shops » de stations-service et enfin le dimanche dans les « zones touristiques », promis, juré, craché, aucune de ces libéralisations n’était le prélude à une libéralisation générale des horaires d’ouverture des commerces. Le débat au Conseil national sur la Loi fédérale sur l’ouverture des magasins a – mais comment s’en étonner – montré que toutes ces belles promesses n’étaient au mieux que du vent, au pire des mensonges flagrants. Continuer
  • 16.02.2016 | Jean-François Steiert, conseiller national (FR)
    Que l’initiative du PDC sur la fiscalité soumise à votation génère pour toutes et tous des coûts élevés servant à alléger la charge fiscale d’une petite minorité de couples mariés à forts revenus est une réalité bien connue. On a jusqu’à présent entendu moins de gens s’exprimer et débattre sur le fait que l’initiative entraînerait aussi, pour les bénéficiaires de rentes, une redistribution massive du bas vers le haut (verticale) – en faveur de couples mariés qui aujourd’hui, la plupart du temps, profitent déjà du système en vigueur dans une mesure supérieure à la moyenne. Ainsi, les coûts de l’AVS – tels qu’ils se profilent en cas d’acceptation de l’initiative – devraient à eux seuls être compensés par une baisse des rentes AVS d’environ 1400 francs par personne et par an. Continuer
  • 11.02.2016 | Cesla Amarelle, conseilllère nationale (VD)
    Soumise au vote le 28 février prochain, l’initiative UDC dite de mise en œuvre est mensongère à plus d’un titre. Contrairement à son intitulé, elle n’est pas la mise en œuvre de l’initiative sur le renvoi des criminels étrangers adoptée en novembre 2010 mais se fonde sur des critères beaucoup plus extrêmes pour justifier des expulsions automatiques. Le catalogue des infractions ne se réfère plus seulement à des crimes mais aussi à des délits entraînant moins de 3 ans d’emprisonnement ou une simple peine pécuniaire. Continuer
  • 03.02.2016 | Mathias Reynard, conseiller national (VS)
    Il y a quelques jours, le président de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), Patrick Aebischer, a annoncé sa volonté de doubler les taxes d’études aux EPF pour la rentrée universitaire 2017. Une façon de tirer la sonnette d’alarme face aux mesures d’austérité prévues par le Conseil fédéral ? Ou une énième tentative de la direction des EPF d’augmenter les taxes d’études, pour des motifs essentiellement idéologiques ? Alors que le débat sur les moyens alloués à la formation pour 2017 à 2020 s’ouvre au sein de la Commission de l’Education, les partisans de l’augmentation des taxes universitaires devront se rappeler que le Parti socialiste fait de l’égalité des chances un principe de base. L’argent public ne doit soutenir les hautes écoles qu’à condition qu’elles restent accessibles à tous, en fonction des capacités des étudiants et non de leur situation financière. Continuer
  • 03.02.2016 | Fabian Molina, président de la JS Suisse
    Depuis des décennies, les multinationales se jouent des Etats et pratiquent une libéralisation effrénée pour leurs propres intérêts ; elle a de graves conséquences sur les Hommes et la nature. De nombreux pays du sud ont été forcés d’ouvrir leurs marchés en supprimant leurs protections aux frontières afin de permettre à des entreprises hautement subventionnées – provenant la plupart du temps des USA ou d’Europe – d’accéder à de nouveaux marchés. Le principe de la souveraineté alimentaire de "La Via Campesina" rompt avec cette logique, y compris en Suisse, grâce à une initiative populaire. Continuer
  • 03.02.2016 | Valérie Piller Carrard, conseillère nationale (FR)
    L’initiative "Pour le couple et la famille - Non à la pénalisation du mariage" coûterait une fortune, sans pour autant profiter aux familles qui en ont le plus besoin. Seuls 80'000 ménages sur les 4 millions que compte notre pays verraient leurs impôts diminuer, soit 2,5% de la population. Veut-on vraiment dépenser 2,3 milliards de francs par an pour des ménages dont le revenu dépasse 190'000 francs? La réponse est clairement NON. Continuer
  • 03.02.2016 | Gaëlle Courtens
    Face à la tragédie des migrant-e-s en Méditerranée, la Fédération des églises protestantes en Italie et le mouvement catholique Sant’Egidio, en partenariat avec l’Etat italien, sont en train de mettre sur pied des couloirs humanitaires. L’opération a débuté la semaine passée au Liban. Continuer
  • 29.01.2016 | Alain Berset, conseiller fédéral
    Le décès de Jean-Noël Rey et Georgie Lamon dans un attentat terroriste au Burkina Faso nous a bouleversé. Toute leur vie, les deux hommes se sont engagés pour construire un monde meilleur – pas à pas, sans pathos et sans naïveté. C’est d’ailleurs pour inaugurer la nouvelle cantine d’une école qu’ils se trouvaient à Ouagadougou, un projet qui illustre parfaitement leur engagement et leur détermination à mettre de l’humanité dans tout. Ils étaient des utopistes pragmatiques, des idéalistes avec les pieds sur terre, de ceux qui se battent pour ceux qui ne peuvent pas se battre. Continuer
  • Carlo Sommaruga, conseiller national (GE)
    La famine catastrophique que connaît actuellement la Syrie et les images de femmes, hommes et enfants affamés qui nous proviennent de cette région ont braqué à nouveau l'attention de l'opinion publique sur la question de la faim dans le monde. Les personnes quittant leur pays et cherchant refuge ailleurs ne sont pas seulement exposées à la faim et à la malnutrition durant leur errance : selon le UNHCR, c'est le manque de nourriture lui-même qui est de plus en plus responsable des mouvements de population. Continuer
  • 06.01.2016 | Carlo Sommaruga, conseiller national (GE)
    L’hypocrisie des dirigeants PLR de notre pays est sans vergogne. Tout particulièrement en matière de politique étrangère. Ainsi, le chef du DFAE, Didier Burkhalter, ne se presse aucunement de passer de la parole aux actes lorsque le comportement d’un Etat dépasse les limites acceptables. Et ce, alors même qu’il souligne sans discontinuer aux dirigeants de la planète, comme aux jeunes Suisses et d’ailleurs, les priorités du Conseil fédéral en matière de politique étrangère internationale : le respect du droit international, la promotion de la paix, la sécurité collective, la protection des défenseurs des droits humains et, non des moindres, l’éradication de la peine de mort. Continuer
  • 2015

  • 11.11.2015 | Maria Bernasconi, conseillère nationale (GE)
    En réponse à ma motion contre les mutilations génitales féminines (MGF) déposée en 2005 - en même temps que mon initiative parlementaire qui a débouché sur la norme pénale en vigueur depuis juillet 2012 - le Conseil fédéral vient de publier un intéressant rapport. On y apprend qu’environ 14’700 femmes et filles excisées, ou menacées de l’être, vivent en Suisse. J’en tire un autre chiffre illustrant l’ampleur du phénomène : dans notre pays, 80% des gynécologues et deux-tiers des sages-femmes déclarent avoir été en contact avec des personnes excisées. Continuer
  • 11.11.2015 | Mathias Reynard, conseiller national et président de l’Union syndicale valaisanne
    Le durcissement des positions de la droite helvétique est apparu durant la dernière législature avec de multiples attaques contre le partenariat social. Le même phénomène peut être constaté chez une partie du patronat de notre pays. Le climat social est sous haute tension dans plusieurs secteurs, comme la construction. L’attaque frontale de la Société suisse des entrepreneurs (SSE) empêche toute négociation et pousse les travailleurs à entrer en résistance. Continuer
  • 06.11.2015 | Roger Nordmann, conseiller national (VD), vice-président du Groupe socialiste du Chambres fédérales
    Le maintien du score du PS en moyenne suisse ne doit pas nous aveugler : les nationalistes sortent nettement renforcés des élections. Globalement, les forces de progrès se sont affaiblies. Cette constellation difficile marquera la prochaine législature au Conseil national. Pour autant, elle ne nous autorise pas à baisser les bras, ni à renoncer à notre marque de fabrique : l’obligation de résultat. Continuer
  • 06.11.2015 | Beat Jans, conseiller national (BS)
    Ne nous faisons pas d’illusions. La législature qui débute s’annonce difficile pour le PS. Nos principaux alliés au parlement ont subi d’importants revers. Les possibilités de développer nos valeurs seront rares. Cela est valable tant pour notre Groupe parlementaire que pour nos représentant-e-s au Conseil fédéral. Economiesuisse et le lobby agricole ont désormais une majorité absolue et le parlement se transforme en pays de cocagne pour les défenseurs des intérêts particuliers. Continuer
  • 06.11.2015 | Barbara Gysi, conseillère nationale (SG), vice-présidente du PS Suisse
    Au cours de la prochaine législature, les succès ne tomberont pas simplement dans l’escarcelle du PS. Plus encore que par le passé, d’habiles négociations et la construction de coalitions seront plus nécessaires que jamais. Le référendum restera malgré tout notre ultima ratio, notre dernier véto. Nous n’aurons d’autre choix que de l’utiliser plus fréquemment au besoin, même si nous préférons être une force de proposition qu’une force d’opposition. Continuer