Le PS60+ défend un droit au travail après 50 ans

La peur de perdre son emploi est, à juste titre, très répandue chez les travailleur-euse-s âgé-e-s. Le taux de chômage des personnes ayant entre 55 et 65 ans a en effet doublé durant la dernière décennie. Lors de sa rencontre automnale à Soleure, le PS60+ a fermement condamné la discrimination des salarié-e-s âgé-e-s. Afin d’y remédier, l’organisation défend la mise en place d’un droit au travail à partir de 50 ans ainsi qu’une extension des prestations de l’assurance-chômage. Le financement de ces mesures se ferait au travers d’une contribution de solidarité dont s’acquitteraient les entreprises qui emploient trop peu de salarié-e-s âgé-e-s.

Le PS60+ a adopté aujourd’hui une résolution contre la discrimination des salarié-e-s âgé-e-s. La principale revendication de cette résolution est l’introduction d’un droit au travail après 50 ans. Cela signifie qu’une personne de plus de 50 ans exclue contre son gré du marché du travail aurait droit, durant cinq ans au moins, à une indemnité-chômage. Ce «droit au travail» permettrait également d’offrir un soutien ciblé aux personnes de plus de 50 ans, tant dans leur recherche d’emploi qu’en matière de formation continue. 

Ces mesures seraient financées via un fonds de solidarité créé sur le modèle du Fonds en faveur de la formation professionnelle. Ainsi, les entreprises ayant un taux de travailleur-euse-s âgé-e-s inférieur à la moyenne s’acquitteraient d’une contribution de solidarité au profit de ce fonds. Le financement de ces mesures incomberait donc aux entreprises responsables des surcoûts en matière d’assurance-chômage, de formation ou de reconversion professionnelle. La communauté dans son ensemble n’a pas à assumer la gestion des ressources humaines désastreuse et discriminante de quelques entreprises.

La réunion d’automne du PS60+ s’est tenue aujourd’hui à Soleure, en présence du conseiller aux Etats saint-gallois et président de l’Union syndicale suisse, Paul Rechsteiner, de la conseillère nationale bâloise, Susanne Leutenegger Oberholzer, du secrétaire responsable du Réseau de réflexion suisse (Denknetzes), Beat Ringger, ainsi que d’Heinz Gilomen, membre du Comité directeur du PS60+. Toutes ces personnes ont pu faire profiter l’assemblée de leur regard d’expert-e sur la problématique des travailleur-euse-s âgé-e-s.

Interlocuteur-trices sur ce thème

Clément Borgeaud

Clément Borgeaud

Porte-parole adjoint & campagnes Suisse latine

Colin Vollmer

Colin Vollmer

Porte-parole & campagnes Suisse latine

Partager l'article :

Facebook
Twitter
LinkedIn