• 06.12.2016
    Le Groupe socialiste a décidé aujourd’hui de ne pas accepter le budget 2017, si celui-ci reste un budget de purs démantèlements dans une logique financière de droite. Si le PLR et le PDC continuent, lors du second passage, à marcher main dans la main avec l’UDC, le PS ne pourra l’accepter. Continuer
  • 01.12.2016
    La majorité de droite a consciemment dégradé le budget 2017. Le PS n’approuve pas la réduction de 80 millions de francs dans les subsides d’assurance-maladie, les 340 millions dans l’asile ou encore les 78 millions dans le personnel de la Confédération. Et ce n’est pas fini, puisque la réforme de l’imposition des entreprises III (RIE III) demanderait une économie supplémentaire de 1,3 milliard à la Confédération, conduisant immanquablement à de nouvelles coupes budgétaires et des mesures de réduction de coûts. Continuer
  • 29.11.2016 | Aufruf zum Schutz des Mittelstandes
    La troisième réforme de l’imposition des entreprises (RIE III) apporterait de nouveaux privilèges et astuces fiscales pour les entreprises et les actionnaires. Les pertes fiscales se chiffreraient, au minimum, à 2,7 milliards de francs par an, et la facture serait adressée directement aux contribuables « normaux ». Le fruit de cette réforme étant un échec total et les coûts bien trop élevés, « l’appel à la défense de la classe moyenne a tenu, aujourd’hui, une conférence de presse à Berne pour inviter la population à voter NON à la RIE III. Continuer
  • 23.11.2016
    Le Conseil fédéral empoigne la révision du droit des sociétés anonymes (SA) avec de bonnes intentions ; il reste cependant sur la réserve dans les mesures concrètes. Le PS déplore le manque de règles efficaces et d’ambition, dans le cadre de la mise en œuvre de l’initiative contre les rémunérations abusives par exemple, sur la question particulière de l’imposition des bonus ou le développement de la participation des collaboratrices et collaborateurs. Le Conseil fédéral va par contre dans la bonne direction pour les questions des quotas de genre dans les organes dirigeants. Continuer
  • 16.11.2016
    Contre la volonté de 22 cantons et de diverses associations et banques, la majorité de droite au sein la Commission de l’économie et des redevances du Conseil national (CER-N) a adopté un contre-projet à l’initiative sur les fraudeurs fiscaux de Thomas Matter. Cette décision tombe, malgré le fait que la sphère privée soit déjà protégée tant par la Constitution fédérale que par la loi. Cette démarche douteuse doit en fait être comprise comme une forme de tolérance en faveur des fraudeurs. Ainsi, l’UDC, le PDC et le PLR portent atteinte à la morale fiscale et nuisent à tous les honnêtes contribuables, qui devront payer pour ces pertes de recettes fiscales. Cette manière de procéder se situe dans la lignée de la maxime de droite ayant conduit à la troisième réforme de l’imposition des entreprises : les riches, les puissants et les grande entreprises sont privilégiés et le peuple, lui, doit passer à la caisse. Continuer
  • 11.11.2016
    Nous connaissons aujourd’hui un excédent de financement, demain les prestations seront démantelées, après-demain, les impôts des grosses sociétés seront allégés. Voilà la politique menée par les partis de droite et Ueli Maurer, ministre des finances. La majorité de droite de la Commission des finances du Conseil national (CdF-N) a décidé aujourd’hui des coupes drastiques pour la période 2017 – 2020. Dans cette situation d’incertitude, il serait budgétairement fatal de faire de surcroît des cadeaux fiscaux aux grandes sociétés et actionnaires, au travers de la réforme de l’imposition des entreprises III (RIE III). Cette situation priverait les caisses de la Confédération d’au minimum 1,3 milliard de francs chaque année. Continuer
  • 28.10.2016
    La majorité de droite au sein de la Commission des finances du Conseil national (CF-N) veut procéder à des réductions de plusieurs milliards, sans même écouter les personnes et organisations concernées. Le PS critique cette arrogante loi du plus fort, et souhaite donner la parole aux personnes concernées. C’est pour cette raison qu’il organise une audition publique le 1er novembre 2016 au Palais fédéral. Continuer
  • 27.10.2016
    Si le conseiller fédéral Ueli Maurer se présente aujourd’hui devant les médias, il doit apporter des réponses aux questions les plus urgentes concernant la troisième réforme de l’imposition des entreprises (RIE III) : Combien a coûté la RIE II ? Combien coûtera la RIE III ? Comment compte-t-il combler l’inévitable trou de plusieurs milliards ? Qui devra payer pour ça ? Comment entend-il empêcher les abus aux instruments complexes pour l’évasion fiscale? Continuer
  • 06.10.2016
    Durant les 100 derniers jours, le Comité référendaire « NON à la RIE III » a récolté plus de 75'000 signatures contre la démesurée et déséquilibrée troisième réforme de l’imposition des entreprises. Les signatures authentifiées seront déposées aujourd’hui à la Chancellerie fédérale. Continuer
  • 22.09.2016
    La majorité de droite au parlement politise contre la majorité de la population. Aujourd’hui, elle a décidé d’octroyer une remise de peine aux entreprises qui accumulent du retard dans le paiement de leurs impôts anticipés. Coûts pour la collectivité : 600 millions. De plus, elle a accepté une motion du PDC pour une impunité générale des fraudeurs fiscaux. Enfin, la réforme de la taxe sur la valeur ajoutée prévue la semaine prochaine risque de creuser un trou d’un milliard supplémentaire. Continuer
  • 12.09.2016
    Le référendum contre la troisième réforme de l’imposition des entreprise touche à sa fin : une large alliance constituée du PS, des Verts, de la JS, des Jeunes Verts, de SolidaritéS, du PST-POP, de l’Union syndicale suisse (USS), d’Unia, du SEV, de Syndicom, du SSP, de l’APC, du SIT, et d’Attac a récolté jusqu’ici (presqu’un mois avant le délai de fin de récolte) plus 60'000 signatures. Une bonne partie de la RIE III n’est pas transparente, voire délibérément opaque, mais une chose est claire : les conséquences financières sont gigantesques. Grâce au référendum, les votant-e-s pourront se prononcer sur cette arnaque faite aux salarié-e-s et à la classe moyenne. Continuer
  • 24.08.2016
    Le 17 février dernier, le PS Suisse appelait à mettre un terme aux coupes purement idéologiques. Il rappelait alors que, au cours des « dix dernières années, les excédents cumulés pour la Confédération s’élèvent à 22,9 milliards de francs, alors que les budgets prévoyaient dans le même temps un manco de 1,9 milliard ». L’exercice 2016 ne semble pas déroger à ce qui est malheureusement devenu une règle : 1,7 milliard de francs d’excédents (soit 2,2 milliards de plus que le budget) sont aujourd’hui estimés, alors que la majorité bourgeoise s’efforce de faire passer un programme d’austérité 2017-2019 d’un milliard de francs par an. Continuer
  • 29.06.2016
    Ueli Maurer annonce une nouvelle réduction des prestations publiques. « Les cadeaux de plusieurs milliards offerts par la droite aux actionnaires et aux grandes entreprises, aux riches paysans, à l’armée et au lobby routier depuis les élections 2015, se manifestent sous la forme de programmes d’austérité », affirme le conseiller national (NE) Jacques-André Maire. Dans cette situation, les pertes de plusieurs milliards engendrées par la majorité de droite et sa troisième réforme de l’imposition des entreprises (RIE III) sont d’autant plus irresponsables. Continuer
  • 28.06.2016 | Comité référendaire RIE III
    C’est par une action symbolique sur la place fédérale et une conférence de presse que le référendum contre la réforme de l’imposition des entreprises III (RIE III) a été officiellement lancé. Le référendum est une nécessité, les partis de droite ayant largement franchi les limites de l’acceptable, en devenant les chantres de nouveaux privilèges et niches fiscales en faveur des entreprises et des grands actionnaires. Les pertes se chiffrent, au minimum, à 1,3 milliard de francs annuels pour la seule Confédération. Il faut naturellement y ajouter les pertes supplémentaires, également chiffrées en milliards, que subiront les cantons, les villes et les communes. Continuer
  • 24.06.2016
    La Suisse pourrait connaître un effondrement économique suite au Brexit, si le franc suisse devait à nouveau être fortement sollicité comme valeur refuge et donc, être surévalué de manière durable. L’instabilité de la livre pousse la BNS à intervenir de manière massive, afin de maintenir un cours acceptable pour le franc suisse. Etant donné que des milliers d’emplois dépendent directement d’un cours stable du franc, le PS renouvelle sa demande de réintroduire un taux-plancher, orienté vers un panier de monnaies. Continuer