«La force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres», peut-on lire dans la Constitution fédérale. Nous nous engageons pour une société où tout un chacun peut s’épanouir librement, mais où il existe aussi un filet social qui empêche qu’une personne se retrouve dans une situation précaire. Le PS veut une économie au service de l’homme et non l’inverse. Quiconque travaille en Suisse, qui est un pays riche, doit pouvoir vivre de son salaire. Nous sommes convaincus que, pour avancer, il faut être solidaire. La Suisse dispose d’un réseau social solide et d’infrastructures publiques de qualité. Le PS y est pour beaucoup. Sans lui, il n’y aurait par exemple pas d’AVS, pas d’assurance maternité et pas de droit de vote des femmes. 

Depuis 125 ans, le PS s'engage en faveur d'une politique pour tous, sans privilèges. Nous disons oui à une Suisse qui rassemble et non à une Suisse qui exclut.

Mais il ne faut pas en rester là. Nous sommes persuadés que la Suisse peut devenir plus équitable, plus novatrice et plus progressiste.
Si nous misons systématiquement sur les énergies renouvelables, nous protégerons notre environnement et créerons des emplois novateurs et conformes au développement durable. Si nous misons sur la formation et l’intégration, nous créerons des perspectives et préviendrons le chômage. Si nous investissons dans la construction de logements en coopérative, nous contribuerons à freiner la spéculation foncière et veillerons à la mise à disposition de logements à des prix abordables. Pour résumer : le PS s'engage en faveur d'une politique destinée à toutes et tous et non à une poignée de privilégiés.