Atteinte aux droits fondamentaux des assuré-e-s

Les signatures pour le référendum contre la surveillance des assuré-e-s ont été déposées aujourd'hui avec la participation de parlementaires socialistes. Avec 13'000 signatures, le PS a apporté sa large contribution afin de permettre la tenue du référendum.

La loi sur la surveillance des assuré-e-s, qui a été votée à la hâte par la droite sous le joug du lobby des assurances, constitue une attaque contre les droits fondamentaux de toute la population suisse et contre le principe de proportionnalité. À l’avenir, les détectives au service des assurances sociales bénéficieront de compétences et d’outils dont même la police ou les services de renseignements ne jouissent pas. « La surveillance pourrait potentiellement toutes et tous nous concerner, et ce au moindre petit doute. Notre vie privée sera entre les mains des assureurs  », prévient Rebecca Ruiz, conseillère nationale (VD).

En effet, le référendum a été déposé aujourd’hui. Le PS Suisse a recueilli 13’000 signatures grâce notamment aux envois postaux et aux récoltes dans les rues, ce qui a permis de garantir l’aboutissement de ce référendum. « Nous avons jusqu’au 25 novembre, lorsque le projet de loi sera soumis au vote populaire, pour faire comprendre à la population que nous sommes toutes et tous concerné-e-s par cette attaque à l’encontre de nos droits fondamentaux », souligne encore Rebecca Ruiz. Le PS se réjouit d’ici-là de travailler avec le plus grand nombre de citoyen-ne-s afin de combattre ce projet de loi qui viole clairement nos droits fondamentaux. Le 23 juin, l’Assemblée des délégué-e-s du PS Suisse a voté presque à l’unanimité le rejet du projet de loi. 

Interlocuteur-trices sur ce thème

Clément Borgeaud

Clément Borgeaud

Porte-parole & campagnes Suisse latine

Colin Vollmer

Colin Vollmer

Porte-parole & campagnes Suisse latine

Partager l'article :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Animation laden...Animation laden...Animation laden...

Newsfeed