Attention au revers de la médaille

Dans l’euphorie générale de la numérisation, le PS rappelle qu’il ne faut pas oublier les travailleuses et travailleurs, pour qui cette modification économique représente plus de risques que de chances. Bons revenus, emplois sûrs et à durée indéterminée, conditions de travail humaines et une formation de qualité, sont, à l’ère de la numérisation, plus importants que jamais. Les partis bourgeois et les associations économiques ne doivent pas utiliser la numérisation comme un alibi pour imposer toute sorte de démantèlements dans le droit du travail.

Le Conseil fédéral montre clairement, dans le rapport qu’il a publié aujourd’hui, ce que la « numérisation » signifie pour le monde du travail : la frontière entre vie professionnelle et temps libre est de plus en plus floue, les prétentions à plus de flexibilité et de disponibilité sont en augmentation, la signification d’un contrat de travail réglementé disparaît et un transfert vers les branches orientées technologies et à fort coefficient de savoir est en cours.

Avant tout, le rapport signale que la numérisation engendre des gagnant-e-s et des perdant-e-s. « Je trouve juste que nous promouvions la numérisation et que nous offrions les meilleures conditions pour, par exemple, l’économie créative. Mais nous ne devons cependant pas oublier celles et ceux qui, en conséquence de la numérisation, risquent de perdre leur emploi et de voir leurs conditions tendre vers la précarisation », déclare le conseiller national (VS) Mathias Reynard. La formation est la clef pour que ces personnes ne se retrouvent pas mises à l’écart.

Mathias Reynard précise encore qu’il faut considérer les deux aspects de la question : « le tournant numérique rend le travail plus simple. Les ordinateurs, algorithmes et autres moyens de communication modernes nous libèrent d’emplois monotones et nous soulagent le travail quotidien. Mais ce tournant apporterait aussi son lot de dangers s’il devait amener toujours plus d’emplois temporaires précarisés et garantissant peu de sécurité professionnelle. »

Dans tous les cas, la numérisation n’est pas un alibi pour une péjoration des conditions de travail. C’est pourquoi l’USAM fonce droit dans le mur avec sa proposition de semaine à 50 heures. Quand la productivité et les besoins liés à la numérisation sont en augmentation, le temps de travail doit être raccourci, et non prolongé. Le PS s’est prononcé lors de son Assemblée des délégué-e-s en faveur d’une diminution du temps de travail à 35 heures par semaine. 

Interlocuteur-trices sur ce thème

Clément Borgeaud

Clément Borgeaud

Porte-parole & campagnes Suisse latine

Colin Vollmer

Colin Vollmer

Porte-parole & campagnes Suisse latine

Partager l'article :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Animation laden...Animation laden...Animation laden...

Newsfeed

Questions sur l'adhésion

Tu as des questions concernant l'adhésion ou le formulaire d'adhésion ? Nous sommes à ta disposition pour t'aider.

Principales questions relatives à l’adhésion

Tu trouveras ci-après nos réponses aux fréquentes questions relatives à une adhésion.
Si tu n’y trouveras pas les renseignements souhaités, n’hésite pas à prendre contact. Nous nous réjouissons de ta prise de contact.

Le plus simple est de remplir dès maintenant le formulaire d’adhésion sur internet (à gauche).

Bien sûr ! Il n’est absolument pas nécessaire de posséder le passeport suisse pour pouvoir adhérer au parti.

Au PS, nous sommes d’avis que quiconque vit en Suisse, doit pouvoir donner son avis sur la politique suisse. S’il n’est pas encore possible de participer aux élections et/ou votations sans la nationalité suisse, tu peux, par contre, participer à l’élaboration de la politique défendue par le PS !

Il y a plusieurs niveaux et possibilités de s’engager au PS. Si tu veux être actif-ve au niveau local, l’engagement auprès de la section de ta commune de domicile ou de ton quartier est recommandé.

C’est aussi le lieu le plus adapté concernant ton engagement pour une fonction publique ou un service au sein de l’administration (Conseil communal, commissions scolaires, services sociaux etc.)

Tu peux également faire valoir ton savoir et savoir-faire en exerçant une fonction interne au parti. Le PS est heureux de pouvoir accueillir des personnes désireuses de s’engager dans l’organisation du parti et ce, à tous les niveaux (communes, districts, canton, commissions thématiques).

Le point de départ d’une candidature sera toujours ta section locale. Il suffit de manifester ton intérêt auprès des responsables de ta section. C’est la section qui nomme les candidat-es du PS aux fonctions publiques.
Ta section locale est également partie prenante, de façon souvent décisive, dans le processus de nomination interne au parti concernant les candidatures au gouvernement cantonal par exemple, ou au Grand Conseil.

Aucune, excepté ta cotisation. Il est souhaitable de partager nos valeurs et nos convictions. Ceci ne t’ oblige pas à partager l’intégralité des positions du PS.

Les membres JS ont la possibilité d’adhérer gratuitement au PS jusqu’à l’âge de 26 ans. Une demande correspondante peut être envoyée par courriel à [email protected].

Important à savoir

Ce que tu peux attendre du PS.

Tu es au plus proche de la vie politique : nous t’envoyons nos newsletters ainsi que notre magazine des membres « socialistes » six fois par an. Tu peux ainsi entrer en contact avec des personnes qui partagent tes idées.

Tu peux profiter des connaissances et compétences d’autrui et faire valoir et partager les tiennes, à différents niveaux au sein du parti. Ensemble, nous pouvons créer un avenir meilleur !

Pas de démocratie sans formation. Nous te proposons des webinaires et des séminaires passionnants sur des questions d’actualité et des sujets politiques brûlants.

La défense de nos valeurs nécessite des moyens financiers. Le PS, pour ses actions et son travail politique, compte surtout sur l’engagement de ses membres.
Les cotisations des membres sont fixées, différemment, par les partis cantonaux et les sections locales et dépendent de ton revenu imposable. Nous suivons nos propres exigences politiques : celle ou celui qui gagne peu, paie peu, et celle ou celui qui gagne beaucoup, participe davantage aux coûts du parti et sa politique.

En règle générale, les cotisations annuelles sont de l’ordre de 80 CHF pour les personnes à faible revenu et progressent à quelques centaines de francs pour les personnes à haut revenu.

Ces cotisations sont perçues annuellement.