La réforme équilibrée de la prévoyance vieillesse trouve une majorité au Parlement

Aujourd’hui, le Parlement a montré un sens aigu des responsabilités et a accepté la réforme de la prévoyance vieillesse 2020. L’augmentation de 840 francs de l’AVS permet de maintenir le niveau actuel des rentes. Cette réforme aura ainsi de grandes chances d’être acceptée par le peuple, ce qui n’aurait pas été le cas avec un projet de pur démantèlement.

« En fin de compte, tout le monde profitera de cette réforme de la prévoyance vieillesse », explique la vice-présidente du PS Marina Carobbio. « Avant toute chose, la réforme est socialement équilibrée : cette révision de l’AVS est la première depuis 20 ans qui sera bénéfique aux travailleurs/-euses à temps partiel et permettra de flexibiliser l’âge de la retraite. Deux améliorations incontestables pour toutes les personnes recevant un moyen ou faible revenu. »

Pour le PS, l’objectif principal était de conserver le niveau actuel des rentes. Il s’agissait d’une condition indispensable pour que cette réforme soit juste. Afin de compenser les pertes dans le 2e pilier, l’AVS devait être renforcée : 840 francs de plus de l’AVS – pour les couples également jusqu’à hauteur de 2’712 francs – signifient une augmentation de 3 à 6 %. Il s’agit d’un grand progrès pour environ 500’000 femmes qui ne vivent que de l’AVS et pour les 800’000 travailleurs/-euses à faible revenu qui n’ont pas de 2e pilier.

L’importance de réformer la prévoyance vieillesse est incontestable. Le Parlement a réussi un projet équilibré et social pour pérenniser les rentes, une réforme acceptable pour le peuple. 

Interlocuteur-trices sur ce thème

Clément Borgeaud

Clément Borgeaud

Porte-parole & campagnes Suisse latine

Colin Vollmer

Colin Vollmer

Porte-parole & campagnes Suisse latine

Partager l'article :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Animation laden...Animation laden...Animation laden...

Newsfeed