Le Conseil des États protège les pratiques malhonnêtes des multinationales

Le Conseil des États prend la défense des multinationales telles que Syngenta et Glencore : il soutient un contre-projet alibi à l’initiative pour des multinationales responsables, qui décharge les grandes entreprises ayant leur siège en Suisse de toute responsabilité lorsqu’elles sont coupables de violations des droits humains et de dégradations de l’environnement. Ce contre-projet revient à s’agenouiller devant le lobby des multinationales.

« Cette attitude lâche du Conseil des États laisse présupposer que l’initiative sera maintenue et soumise au vote populaire », a déclaré Christian Levrat, conseiller aux États (FR). « Les gens ne se laisseront cependant pas duper par les excuses des multinationales. Le PS se réjouit de la campagne de votation à venir et est convaincu que les arguments de l’initiative pour des multinationales responsables résonneront auprès de la population. »

Hormis l’initiative elle-même, le PS soutient le contre-projet indirect et intelligent du Conseil national, qui prévoit la responsabilité des multinationales en cas d’abus. « Il ne suffit plus d’imprimer des brochures en papier glacé et de faire des promesses floues pour échapper à ses obligations », a encore déclaré Christian Levrat. « Les multinationales fautives doivent maintenant être tenues pour responsables des violations des droits humains et des dommages causés à l’environnement dont elles sont coupables. » 

Interlocuteur-trices sur ce thème

Clément Borgeaud

Clément Borgeaud

Porte-parole & campagnes Suisse latine

Colin Vollmer

Colin Vollmer

Porte-parole & campagnes Suisse latine

Partager l'article :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Animation laden...Animation laden...Animation laden...

Newsfeed