Le seuil de douleur pour les primes est depuis longtemps atteint

Au cours des 20 dernières années, les primes d’assurance-maladie ont explosé par rapport aux salaires et aux retraites. Le fait que l’augmentation des primes pour l’année prochaine, annoncée aujourd’hui, soit inférieure aux augmentations précédentes ne change rien pour les assuré-e-s. Pour beaucoup trop d’entre eux, le seuil de douleur est depuis longtemps atteint. Pour que les primes demeurent abordables, l’initiative d’allègement des primes du PS est plus que jamais nécessaire. Grâce à elle, les familles et les personnes à revenus moyens et faibles seront enfin soulagées.

« Beaucoup de gens n’arrivent tout simplement plus à payer leurs primes », rappelle Brigitte Crottaz, conseillère nationale (VD). « Alors que les managers des caisses perçoivent des salaires allant jusqu’à 800 000 francs, le ménage suisse moyen doit consacrer 14 % de son revenu disponible aux primes. Avec une prime moyenne de 315 francs, la facture mensuelle de nombreuses familles dépasse 1000 francs. C’est tout simplement inacceptable. » C’est la raison pour laquelle l’initiative d’allègement des primes exige que cette proportion ne dépasse pas 10 %.

Le PS s’engage avec succès pour que les habitant-e-s de notre pays ne soient pas écrasés par la charge des primes. Dans le canton de Lucerne, elle a intenté en janvier, avec succès, une action en justice contre le gouvernement cantonal de droite, lequel avait fixé des seuils trop élevés pour les réductions de primes individuelles. Dans d’autres cantons également, le PS a pris des mesures couronnées de succès à la suite de l’arrêt sans précédent du Tribunal fédéral. Grâce au PS, plus de 250 000 personnes supplémentaires bénéficient désormais en Suisse de réductions de primes.

C’est un grand succès, mais ce n’est pas suffisant. « Pour que la politique de santé soit enfin faite pour toutes et tous, sans privilèges, la majorité de droite au Conseil national doit être brisée le 20 octobre », déclare la conseillère nationale (FR) Valérie Piller Carrard. « Les élus de droite sont le bras politique à Berne des caisses d’assurance-maladie, des hôpitaux privés et des entreprises pharmaceutiques. Sur le dos des assurés, ce lobby influence la politique de santé en leur faveur depuis des années. Cela doit prendre fin au soir du 20 octobre. » 

Interlocuteur-trices sur ce thème

Clément Borgeaud

Clément Borgeaud

Porte-parole & campagnes Suisse latine

Colin Vollmer

Colin Vollmer

Porte-parole & campagnes Suisse latine

Partager l'article :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Animation laden...Animation laden...Animation laden...

Newsfeed