Les temps sont mûrs pour un nouveau tournant dans la politique de la santé !

Les décisions prises aujourd’hui au sein de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national (CSSS-N) rendent l’urgence d’un changement de paradigme concernant la politique de la santé à nouveau criante : selon la majorité de la Commission, les assuré-e-s devraient toucher moins de subsides aux primes d’assurance-maladie, tandis que les primes prennent l’ascenseur d’année en année : nous devons mettre un terme à cela ! C’est à cette fin que plus de 60 personnes intéressées à discuter de l’initiative contre la hausse des primes d’assurance-maladie envisagée par le PS, se sont réunies aujourd’hui lors de sa rencontre dédiée à la santé. Toutes les personnes présentes sont tombées d’accord : cette initiative populaire arrive à point nommé !

C’est aujourd’hui que la Commission de la sécurité sociale et de la santé du Conseil national (CSSS-N) a communiqué sa décision d’abaisser la part fédérale allouée aux cantons pour les subsides au titre des primes d’assurance-maladie, dans le cadre de la réforme des prestations complémentaires. Les conséquences de cette décision sont claires : près de 75 millions de subsides à l’assurance-maladie en moins ! « On s’amuse à vider les caisses, dans le but de faire peser les coûts uniquement sur les épaules de la population. Depuis l’introduction de l’assurance-maladie obligatoire, les primes ont plus que doublé, tandis que les salaires stagnent. Cela doit cesser ! » exige ainsi la conseillère nationale (VD) Rebbeca Ruiz.

Avec ces coupes désastreuses dans les subsides aux primes LAMal, le PLR et l’UDC rendent l’initiative que prépare le PS pour contrer la hausse des primes plus urgente que jamais aux yeux de la population. Cette dernière exige que la somme des primes d’assurance-maladie soit limitée 10 % du revenu d’un ménage. Lors de la journée dédiée à la santé organisée par le PS, plus de 60 participant-e-s ont discuté de la teneur et du contenu de ce projet d’initiative. Parmi les invités, se trouvait le conseiller d’État vaudois, Pierre-Yves Maillard, qui a présenté le modèle vaudois de limitation de la charge que représentent les primes LAMal. « Dans le canton de Vaud, ces mesures déchargeant les ménages seront introduites à partir de 2019. Elles sont aussi nécessaires qu’urgentes, si l’on veut garantir l’accès de tous à des soins de qualité. » explique ainsi Pierre-Yves Maillard.

« Les moyens financiers sont disponibles, comme l’a démontré le Conseil fédéral lorsqu’il a présenté il y a quelques jours les gigantesques excédents au budget ! », estime la conseillère nationale (TI) Marina Carobbio, qui ajoute : « Il est temps à présent d’envisager une politique de la santé rationnelle et pensée sur le long terme. Des mesures de démantèlement social ne sont pas la solution ! Les discussions initiées lors de la rencontre organisée par le PS et dédiée à la politique de santé l’ont bien montré : avec notre projet d’initiative visant à décharger les ménages du coût des primes LAMal, nous sommes sur la bonne voie ! »

Interlocuteur-trices sur ce thème

Clément Borgeaud

Clément Borgeaud

Porte-parole & campagnes Suisse latine

Colin Vollmer

Colin Vollmer

Porte-parole & campagnes Suisse latine

Partager l'article :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Animation laden...Animation laden...Animation laden...

Newsfeed