Maintenir l’âge de la retraite et le niveau des rentes

Malgré le rejet de la « Prévoyance vieillesse 2020 », le besoin de réforme reste incontestable, afin d’éviter que le système des retraites ne se retrouve financièrement en fâcheuse posture. Il y a donc lieu de saluer les discussions qui s’ouvriront demain entre le Conseil fédéral, les partis et les associations. La position du PS est claire : pas de baisse des rentes, pas d’augmentation de l’âge de la retraite au-delà de 65 ans, pas de hausse de la retraite des femmes sans compensations substantielles.

L’analyse du résultat du 24 septembre dernier laisse transparaître deux éléments : primo, ce n’est pas un seul argument qui a fait capoter le projet dans les urnes, mais bien le cumul de différentes arguties. Secundo, les propositions de droite ne sont pas à même de rassembler une majorité. Ainsi, sans l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes, la réforme PV2020 aurait passé la rampe.

Pour Marina Carobbio, vice-présidente du PS Suisse, « le PS est le garant des rentes et, face aux volontés de démantèlements de la droite, nous entendons défendre les intérêts des actuels et futurs rentières et rentiers. La question est de savoir si les partis bourgeois sont prêts à collaborer en vue d’une réforme équilibrée et socialement acceptable, maintenant le niveau des rentes et l’âge de la retraite ».

Ainsi, la marge de manœuvre n’est pas très large et une nouvelle réforme ne pourra éclore qu’à trois conditions :

  1. Une augmentation de l’âge de la retraite des femmes n’entre, en l’état, pas en ligne de compte. Dans un second temps, si cette augmentation devait être proposée, elle ne serait acceptable qu’avec des mesures substantielles de compensation et une meilleure prise en compte des emplois à temps partiel dans le second pilier.
  2. Une augmentation générale de l’âge de la retraite pour toutes et tous (p.e. au travers d’un « mécanisme d’intervention ») sera refusée de manière déterminée par le PS.
  3. Le PS ne soutiendra pas de réforme qui entraînerait une baisse du niveau des rentes (p.e. au travers d’une baisse unilatérale du taux de conversion). 

Interlocuteur-trices sur ce thème

Clément Borgeaud

Clément Borgeaud

Porte-parole adjoint & campagnes Suisse latine

Colin Vollmer

Colin Vollmer

Porte-parole adjoint & campagnes Suisse latine

Partager l'article :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Animation laden...Animation laden...Animation laden...

Newsfeed