Réforme de l’armée: entre efficience et folklore

L’armée souffre, depuis de nombreuses années, des choix politiques qui la concernent : elle est mal orientée et sa taille est trop importante. En ce sens, le PS exige une réforme de l’armée, afin qu’elle soit, à l’avenir, à même de répondre avec succès aux défis de la politique de sécurité. L’armée doit se libérer des concepts de défense hérités de la Guerre froide, de la milice aussi folklorique qu’onéreuse et des tâches civiles d’assistance, totalement exagérées et abusives. A l’inverse, l’engagement de promotion de la paix à l’étranger doit devenir une véritable carte de visite de notre armée.

Le PS souhaite une armée à même de remplir le mandat de prestations qui lui est confié, comme exigé dans la réponse à la procédure de consultation, déposée ce jour, sur le développement de l’armée. Pour Pierre-Alain Fridez, conseiller national (JU), « ce mandat doit être répondre aux défis de la politique de sécurité et ne doit pas être sacrifié sur l’autel du fédéralisme et des politiques budgétaires d’austérité conduites par la droite ». Eric Voruz, conseiller national (VD), rajoute que « le DDPS définit clairement, dans son rapport, les tâches de l’armée : défense, soutien aux autorités civiles et promotion de la paix. Cependant, le département ne parvient pas à prioriser ces objectifs selon les défis actuels ».

Défense :  Le PS soutient la vision du Conseil fédéral, visant à réduire les tâches de défense de l’armée. Mais cette vision abstraite doit encore être mise en œuvre dans la réalité. L’armée doit démonter ses installations obsolètes et superflues, fermer les sites inefficients et renoncer à la réhabilitation de places de mobilisation. La défense doit être réfléchie dans un contexte européen, notamment dans le domaine des forces aériennes, dans lequel la coopération avec les pays voisins est nécessaire.

Soutien aux autorités civiles :  Même si les images de soldats, érigeant des sacs de sable pour faire face aux crues, sont particulièrement médiatiques, il est important de rappeler qu’il ne s’agit pas là d’une tâche primaire de l’armée. Ceci est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit de tâches de police. L’exemple actuel de l’engagement de l’armée afin de renforcer la police dans le canton de Bâle-Campagne contredit clairement la Constitution. L’armée ne doit pas être utilisée afin de pallier aux conséquences néfastes de la politique financière d’austérité menée par la droite dans les cantons.

Promotion de la paix :  Cette troisième tâche doit, du point de vue du PS, devenir un élément central du développement de l’armée. Cela implique que la formation, le matériel et les structures d’une partie importante des troupes correspondent aux exigences des missions à l’étranger.

Si ces tâches étaient correctement priorisées et mises en œuvre de manière conséquente, l’armée serait bien plus efficiente et pourrait, enfin, se départir du poids de la nostalgie et de son folklore milicien : une forte réduction des places d’armes est nécessaires, afin d’améliorer l’efficience de l’armée, tout en diminuant ses coûts. Au même titre, une armée moderne nécessite moins d’hommes, mais ceux-ci doivent être mieux formés.

Finalement, le DDPS doit reconnaître que l’augmentation des dépenses militaires n’apporte aucune plus-value en termes de sécurité et ne fait que sceller dans le marbre des structures sclérosées et superflues. Une armée, qui respecte ses tâches et se concentre sur celles-ci, n’a pas besoin d’un budget de 5 milliards de francs par année. Une armée épurée, de 50’000 soldats bien formés et un budget de 3,5 milliards, amènera plus sur le plan de la sécurité pour la Suisse que l’actuelle inefficiente levée de masse. 

Interlocuteur-trices sur ce thème

Clément Borgeaud

Clément Borgeaud

Porte-parole & campagnes Suisse latine

Colin Vollmer

Colin Vollmer

Porte-parole & campagnes Suisse latine

Partager l'article :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Animation laden...Animation laden...Animation laden...

Newsfeed

Questions sur l'adhésion

Tu as des questions concernant l'adhésion ou le formulaire d'adhésion ? Nous sommes à ta disposition pour t'aider.

Principales questions relatives à l’adhésion

Tu trouveras ci-après nos réponses aux fréquentes questions relatives à une adhésion.
Si tu n’y trouveras pas les renseignements souhaités, n’hésite pas à prendre contact. Nous nous réjouissons de ta prise de contact.

Le plus simple est de remplir dès maintenant le formulaire d’adhésion sur internet (à gauche).

Bien sûr ! Il n’est absolument pas nécessaire de posséder le passeport suisse pour pouvoir adhérer au parti.

Au PS, nous sommes d’avis que quiconque vit en Suisse, doit pouvoir donner son avis sur la politique suisse. S’il n’est pas encore possible de participer aux élections et/ou votations sans la nationalité suisse, tu peux, par contre, participer à l’élaboration de la politique défendue par le PS !

Il y a plusieurs niveaux et possibilités de s’engager au PS. Si tu veux être actif-ve au niveau local, l’engagement auprès de la section de ta commune de domicile ou de ton quartier est recommandé.

C’est aussi le lieu le plus adapté concernant ton engagement pour une fonction publique ou un service au sein de l’administration (Conseil communal, commissions scolaires, services sociaux etc.)

Tu peux également faire valoir ton savoir et savoir-faire en exerçant une fonction interne au parti. Le PS est heureux de pouvoir accueillir des personnes désireuses de s’engager dans l’organisation du parti et ce, à tous les niveaux (communes, districts, canton, commissions thématiques).

Le point de départ d’une candidature sera toujours ta section locale. Il suffit de manifester ton intérêt auprès des responsables de ta section. C’est la section qui nomme les candidat-es du PS aux fonctions publiques.
Ta section locale est également partie prenante, de façon souvent décisive, dans le processus de nomination interne au parti concernant les candidatures au gouvernement cantonal par exemple, ou au Grand Conseil.

Aucune, excepté ta cotisation. Il est souhaitable de partager nos valeurs et nos convictions. Ceci ne t’ oblige pas à partager l’intégralité des positions du PS.

Les membres JS ont la possibilité d’adhérer gratuitement au PS jusqu’à l’âge de 26 ans. Une demande correspondante peut être envoyée par courriel à [email protected].

Important à savoir

Ce que tu peux attendre du PS.

Tu es au plus proche de la vie politique : nous t’envoyons nos newsletters ainsi que notre magazine des membres « socialistes » six fois par an. Tu peux ainsi entrer en contact avec des personnes qui partagent tes idées.

Tu peux profiter des connaissances et compétences d’autrui et faire valoir et partager les tiennes, à différents niveaux au sein du parti. Ensemble, nous pouvons créer un avenir meilleur !

Pas de démocratie sans formation. Nous te proposons des webinaires et des séminaires passionnants sur des questions d’actualité et des sujets politiques brûlants.

La défense de nos valeurs nécessite des moyens financiers. Le PS, pour ses actions et son travail politique, compte surtout sur l’engagement de ses membres.
Les cotisations des membres sont fixées, différemment, par les partis cantonaux et les sections locales et dépendent de ton revenu imposable. Nous suivons nos propres exigences politiques : celle ou celui qui gagne peu, paie peu, et celle ou celui qui gagne beaucoup, participe davantage aux coûts du parti et sa politique.

En règle générale, les cotisations annuelles sont de l’ordre de 80 CHF pour les personnes à faible revenu et progressent à quelques centaines de francs pour les personnes à haut revenu.

Ces cotisations sont perçues annuellement.