Tandis que des initiatives ou des référendums seront soumis au vote populaire prochainement, d’autres textes sont en train d’être traités par le Parlement ou en sont encore au stade de la récolte de signatures. Vous trouverez ci-dessous un aperçu des campagnes dans lesquelles le PS Suisse est actuellement engagé.

  • Au cours des 20 dernières années, les primes d’assurance-maladie ont plus que doublé en Suisse, tandis que les salaires et les rentes de vieillesse ont à peine progressé. Continuer
  • À noter dans vos agenda : Le 14 juin 2019, nous ferons grève pour l'égalité ! Continuer
  • L'année 2018 a été marquée par le 100e anniversaire de la Grève générale. En novembre 1918, 250'000 personnes ont eu le courage d'arrêter de travailler et de lutter ensemble pour une Suisse plus juste et plus sociale. Continuer
  • Assurance-maladie. Continuer
  • La Suisse ne peut pas exporter d'armes dans les zones de guerre. Cela semble logique, n'est-ce pas ? Malheureusement, la majorité de droite de notre gouvernement est d'un autre avis. Continuer
  • Celle-ci prévoit d’imposer plus fortement les revenus du capital du pourcent le plus riche, tels que les dividendes ou intérêts, une fois un certain forfait déduit. Continuer
  • En cette journée internationale des femmes, la Suisse se pare de rose ; et c’est très bien ainsi. Le rose est la couleur du mouvement global des Femmes* pour les droits humains, qui s’engage contre le virage à droite et le nationalisme réactionnaire en Suisse, tout comme en Europe ou aux Etats-Unis. Continuer
  • Le Parti socialiste suisse (PS) s’engage pour une Suisse de la cohabitation, une Suisse de la diversité linguistique, religieuse et culturelle. Continuer
  • Lorsqu’on devient papa en Suisse, on a un jour de congé, exactement comme lors d’un déménagement : un jour! Nous demandons 20 jours de congé paternité payé – qui peuvent être pris de manière flexible dans le délai d’un an après la naissance. Continuer
  • Les campagnes de votations et d’élections deviennent de plus en plus chères. Or, la Suisse demeure le seul pays d’Europe à ne connaître aucune règle sur le financement des partis et autres acteurs politiques importants. Bien souvent, les citoyennes et citoyens ne peuvent que spéculer sur qui se cache derrière une campagne et sur l’importance de l’engagement financier d’entreprises, de groupes d’intérêt ou de riches individus. L’initiative sur la transparence veut changer cela. Continuer