Luchs
Le PS dit NON à l'attaque contre la protection des espèces. La révision de la Loi sur la chasse prévoit que les animaux protégés puissent être abattus avant d’avoir causé un quelconque dommage, et ceci au sein même des réserves de faune. Au lieu d’instaurer un cadre plus pragmatique pour la gestion du loup, la nouvelle loi affaiblit le dispositif de protection des espèces existant. En fait, la révision implique plus de bureaucratie et moins de protection des espèces. Pour cette raison, le PS soutient la campagne pour le NON à la loi d'abattage.

Pression au lieu de protection des animaux sauvages protégés
La Loi sur la chasse révisée autorise les tirs « préventifs » : les animaux appartenant à des espèces protégées peuvent être abattus alors qu’ils n’ont commis aucun dommage, et sans qu’il soit nécessaire de prendre des mesures de protection (p. ex. protection des troupeaux) pour empêcher d’éventuels dégâts - comme c'est le cas aujourd'hui. Non seulement les mesures de protection existantes tombent à l'eau, mais on risque que certaines groupes d'intérêt, qui se préoccupent moins du bien-être des animaux, exercent une plus grande influence.

Le NON à la révision de la Loi sur la chasse, ce n'est pas un non à la chasse
L'actuelle Loi sur la chasse est considérée comme étant équilibrée. La trilogie « protection, régulation et chasse », ancrée dans la loi, a fait ses preuves et constitue un vrai compromis, dans le meilleur sens du terme. Dans la nouvelle loi, la protection des espèces est fortement affaiblie, tandis que les avantages pour la chasse restent inchangés. Le rejet de la nouvelle Loi sur la chasse n'implique aucun risque pour la chasse. Au contraire, la chasse peut toujours avoir lieu dans le cadre du droit établi.

Inutile et compliquée
Les nouvelles dispositions sont devenues plus compliquée au lieu de devenir plus cohérentes. La loi actuelle permet aux cantons d’abattre des animaux appartenant à des espèces protégées lorsque cela s’avère nécessaire. Aujourd’hui déjà, les cantons ont la possibilité de réguler ces populations, pour autant que la Confédération ait donné son assentiment. La nouvelle loi provoquera une augmentation des conflits concernant les espèces protégées et donc plus de bureaucratie.

Et le loup ?
Le loup est un facteur naturel dans notre écosystème, auquel il apporte une contribution importante. Les grands prédateurs aident à réguler les populations d'animaux et, tout comme le lynx, le loup assure la protection des forêts de montagne contre l'abroutissement excessif par les animaux sauvages. Cela aide ainsi les forêts, les animaux et les chasseurs. 

Le référendum a été déposé à la mi-janvier avec plus de 60 000 signatures. 

Plus d'informations

26. mar 2020