Avec la décision relative à la surveillance des assuré-e-s, prise aujourd'hui par le Conseil national, la droite démontre que, selon elle, il existe deux types de fraudeurs. Ainsi, la fraude aux assurances sociales nécessiterait la mise en place de moyens importants, la possibilité de suivre les personnes présumées coupables par GPS ou encore de laisser des détectives privé-e-s enquêter. Pour Rebecca Ruiz, conseillère nationale (VD), "lorsqu'il s'agit de récupérer quelques centaines ou milliers de francs, la grosse artillerie est de mise, mais, lorsqu'il s'agit de récupérer des millions de fraude fiscale, les élu-e-s bourgeois sont beaucoup plus timorés". Continuer