11.08.2021
Avec le rejet de la loi sur le CO2 le 13 juin dernier, la Suisse a perdu de précieuses années dans la lutte contre le réchauffement climatique, alors même que les bénéfices des compagnies pétrolières ne cessent de gonfler. Il est donc réjouissant que le Conseil fédéral, dans son contre-projet à l’initiative pour les glaciers, s’engage en faveur de la réduction des émissions de gaz à effet de serre à zéro net d’ici 2050. Le temps presse, comme le rappelle le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Des mesures rapides et concrètes sont aussi cruciales qu’urgentes. Le PS propose de convertir le contre-projet direct du Conseil fédéral en une nouvelle révision partielle de la loi sur le CO2 avec une orientation claire, afin de gagner du temps. Continuer
13.06.2021
Pour le PS Suisse, le rejet de la loi sur le CO2 est une immense déception, d’autant plus que la crise climatique persiste. Toutefois, ce résultat négatif n’est pas un rejet de la population à la politique climatique et aux objectifs climatiques de l’Accord de Paris, mais un signe que les grands pollueurs doivent être tenus davantage responsables. C’est pourquoi le PS prévoit une initiative sur la place financière. Elle demande également la mise en place d’un programme intérieur massif d’investissements publics dans le tournant énergétique, sur le modèle du Green Deal. Continuer
02.07.2019
Dans le domaine de la politique climatique et environnementale, le PS fait preuve d’inventivité et amène des solutions – et ce depuis des décennies. Le « plan Marshall » pour la transition énergétique présenté aujourd'hui s'inscrit dans cette longue tradition : il s'agit d'un programme d'investissement novateur, axé sur l'énergie solaire et l'efficacité énergétique, pour accélérer l'élimination progressive du pétrole. L'approvisionnement en chaleur, les processus industriels et les transports doivent rapidement être transposés vers des énergies renouvelables et locales. Ce changement de paradigme peut être financé tout en restant social et s'avère économiquement rentable pour la Suisse. Continuer
27.09.2018
Doris Leuthard a annoncé aujourd’hui sa démission du Conseil fédéral. Le PS Suisse la remercie pour son engagement au sein du Gouvernement. La ministre a su donner une orientation importante à la politique énergétique. Après la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011, elle a pris des mesures décisives pour le tournant énergétique. Le Conseil fédéral a décidé d’éliminer progressivement l’énergie nucléaire et de promouvoir les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. Continuer
26.01.2016
Plus aucune centrale nucléaire ne peut être construite en Suisse. La CEATE-N a rejeté une requête de droite visant à lever l’interdiction de nouvelle construction. Ainsi, le cœur du tournant énergétique – à savoir la sortie du nucléaire – reste intacte. Pour le conseiller national Roger Nordmann (VD) « les centrales nucléaires font partie du passé, l’énergie du futur doit être renouvelable ». Par conséquent, les centrales nucléaires existantes – particulièrement celle de Beznau, la plus ancienne – doivent être mises hors service dès que possible. Continuer
20.09.2015
Deux rapports réalisés à la demande du PS montrent que les demandes d'indemnisation des exploitants de centrales nucléaires sont un véritable coup de poker. L’introduction d’une durée de vie légale n’entraînerait pas de pertes supplémentaires pour les exploitants de centrales nucléaires autres que celles qui étaient de toute manière prévues depuis longtemps déjà, étant donné l’âge très avancé du parc nucléaire helvétique. Ainsi, l'Etat ne doit prévoir aucun dédommagement. De plus, les prix actuels du marché sont si bas que les centrales nucléaires ne peuvent même plus couvrir leurs coûts d'exploitation. Les arguments économiques s’ajoutent donc à la longue liste des raisons plaidant en faveur d’une fermeture rapide des archaïques centrales nucléaires suisses. Continuer
13.03.2015
Pour le Parti socialiste, les choses sont claires : le tournant énergétique est plus nécessaire que jamais pour abandonner le nucléaire et les énergies fossiles au profit des énergies renouvelables. Pour avoir une chance de succès, il doit également être socialement et économiquement adéquat. La taxe incitative présentée aujourd’hui satisfait partiellement à ces exigences, et ne peut fonctionner que si les carburants sont également concernés. Pour Roger Nordmann, conseiller national (VD), « les énergies provenant d’une source non renouvelables sont trop bon marché. La taxe permettra de les renchérir. Son produit devra être remboursé à la population et aux entreprises. En effet, la taxe CO2 actuelle a déjà apporté la preuve de l’efficacité d'un tel dispositif. Il s'agit maintenant de le renforcer. » Continuer
09.12.2014
Le PS tire un bilan globalement positif des nombreux débats menés au Conseil national concernant la stratégie énergétique 2050. « La transition vers les énergies renouvelables est accélérée et, en matière d’objectifs d’efficacité, le parlement a renforcé la voie proposée par le Conseil fédéral », analyse le conseiller national (VD) Roger Nordmann. Malheureusement, le courage a fait défaut au moment de fixer une sortie progressive du nucléaire. « Le Conseil national tient à la sortie du nucléaire, mais il n’a pas réussi à fixer une date de sortie », regrette encore le Vaudois. Continuer
27.11.2014
L’énergie nucléaire est une technologie qui appartient au passé. Elle n’a pas d’avenir, tant au niveau technique que financier. Le rapport très fouillé du Contrôle fédéral des finances (CDF) le prouve en présentant de graves lacunes dans l'estimation des coûts de démantèlement des cinq centrales nucléaires à l'issue de leur exploitation. « Il est temps que les exploitants des centrales nucléaires paient les coûts réels », déclare Roger Nordmann, conseiller national (VD) et vice-président du Groupe socialiste. « Si l’on prend en considération les coûts réels, la technologie nucléaire n’est pas rentable. C’est une raison de plus pour en sortir rapidement ». Le PS demande donc que, dans le cadre de la stratégie énergétique 2050, les vieilles centrales nucléaires soient fermées après 50 ans d’exploitation. Continuer
14.11.2014
Lors de sa séance préparatoire pour la session d’hiver, le Groupe socialiste a traité aujourd’hui de la stratégie énergétique 2050. Pour Roger Nordmann, vice-président du Groupe socialiste, « le parlement doit saisir la chance historique qui lui est donnée, afin de mettre enfin sous toit le tournant énergétique. Celui-ci est en bonne voie, mais il manque encore une date-butoir pour la sortie du nucléaire ». Le PS propose que les centrales nucléaires soient mises hors service une fois l’âge de 50 ans atteint. Continuer

Pages