09.03.2020
Le Conseil des États prend la défense des multinationales telles que Syngenta et Glencore : il soutient un contre-projet alibi à l’initiative pour des multinationales responsables, qui décharge les grandes entreprises ayant leur siège en Suisse de toute responsabilité lorsqu’elles sont coupables de violations des droits humains et de dégradations de l’environnement. Ce contre-projet revient à s’agenouiller devant le lobby des multinationales. Continuer
04.03.2020
Les entreprises basées en Suisse devraient également être tenues pour responsables, ici, si elles violent les droits humains ou nuisent à l’environnement à l’étranger. L’initiative « pour des multinationales responsables », soutenue par le PS Suisse, demande que cette approche devienne une évidence. Il est donc décevant que le Conseil national invite à rejeter l’initiative. Il faut cependant saluer le fait que la chambre du peuple soutienne un contre-projet efficace, posant des règles de responsabilité pour les grandes entreprises. Le Conseil des États doit maintenant aussi prendre conscience qu’il ne doit pas céder aux sirènes du lobby des multinationales. Continuer
18.12.2019
Le Conseil des États a soutenu aujourd’hui un contre-projet alibi et inefficace à l’initiative pour des multinationales responsables. Le Conseil des États a ainsi cédé au lobby économique et se pose en avocat des grandes entreprises telles que Syngenta et Glencore, qui ne continuerons à ne pas être tenues pour responsables de futures violations des droits humains à l’étranger. Le Conseil national nouvellement élu est maintenant appelé à corriger le tir. Continuer
26.09.2019
Par crainte du vote populaire, les conseillers aux États de droite reportent la décision sur le contre-projet indirect à l’initiative pour des multinationales responsables. Le vote aura ainsi lieu après les élections. Par cette tactique de report malhonnête, ils démontrent leur soumission au lobby des multinationales et jouent la montre en période électorale, plutôt que de jouer cartes sur table. Continuer
13.06.2019
L'initiative pour des multinationales responsables, soutenue par le PS Suisse, fait appel à un principe simple et évident : les entreprises basées en Suisse doivent également être tenues responsables en cas de violation des droits humains ou de nuisance à l’environnement à l’étranger. Le PS se félicite donc de la décision prise aujourd'hui par le Conseil national d'accepter au moins un contre-projet à l'initiative mais déplore la décision scandaleuse du Conseil des États de s’y opposer. La majorité bourgeoise au Conseil des États doit, elle aussi, prendre conscience de la nécessité de ne pas céder à la pression des grandes entreprises. Continuer
29.05.2018
Avec la révision du droit des sociétés anonymes, qui sera en discussion le 14 juin prochain, le Conseil national a la chance d’introduire plusieurs améliorations notables pour favoriser la participation, la transparence et l’égalité. Le Groupe socialiste a débattu du projet lors de sa séance ordinaire. Il réclame notamment des quotas de genre pour les conseils d’administration et les fonctions de direction des grandes sociétés anonymes. De surcroît, la réforme pourrait introduire les revendications de l’initiative « pour des multinationales responsables ». Continuer
20.04.2018
La commission des affaires juridiques du Conseil national (CAJ-N) a décidé hier de soumettre au Conseil national un contre-projet indirect à l’initiative « pour des multinationales responsables ». Le PS salue cette initiative : « Il est juste que la commission des affaires juridiques reconnaisse le besoin d’agir et fasse clairement savoir aux multinationales qu’elles doivent désormais assumer leurs responsabilités ! » estime la conseillère nationale (GE) Laurence Fehlmann Rielle. Continuer
06.11.2017
Les recherches sur les « Paradise papers » laissent entrevoir une image effrayante, empreinte de corruption, de fraudes fiscales et d’exploitation. Une fois de plus, la Suisse se retrouve en plein centre de ce scandale, comme siège de sociétés et comme plaque tournante du commerce des matières premières. Pour Carlo Sommaruga, conseiller national (GE), « nous ne devons pas être indifférents au fait que des sociétés suisses, telles que Glencore, empochent des milliards en Afrique, alors que la population locale vit dans la pauvreté la plus profonde. » L’initiative pour des multinationales responsables est nécessaire, afin que les entreprises suisses respectent les droits humains et la protection de l’environnement. Continuer