28.01.2019
Samedi dernier, une décision historique du Tribunal fédéral a été publiée : la plus haute instance judiciaire suisse a statué en faveur du Parti socialiste lucernois et oblige le canton de Lucerne à relever le seuil de revenu supprimant le droit à des réductions individuelles de primes d’assurance-maladie (subventions cantonales). D’autres cantons, dont Berne, Argovie ou encore le Valais, violent les exigences du Tribunal fédéral. Le PS accorde aux cantons concernés un délai d’un mois pour réexaminer leurs limites en ce qui concerne les réductions individuelles de primes et pour procéder aux ajustements nécessaires. Dans le cas contraire, il intentera une action en justice contre les cantons qui rechigneraient ou tarderaient à appliquer cette décision. Continuer
22.01.2019
Ils ont des millions, on a des militant-e-s – tel est le slogan avec lequel le PS Suisse a lancé aujourd’hui sa campagne pour les élections fédérales du 20 octobre 2019 lors d’une action à Berne sur la Waisenhausplatz. « Nous voulons briser la majorité de droite au Parlement. Elle bloque notre pays depuis 2015 », a déclaré le président du PS Suisse, Christian Levrat, devant les médias. Celui qui vote pour les candidat-e-s socialistes doit savoir ce que le PS défend : limitation du poids des primes d’assurance-maladie, égalité durable entre hommes et femmes, protection du climat et fin des investissements dans les énergies fossiles, travail et formation pour toutes et tous. Continuer
18.01.2019
La Commission de la sécurité sociale et de la santé du Conseil des États (CSSS-E) a approuvé aujourd'hui une proposition visant à adapter automatiquement les franchises à l'évolution des coûts de la santé. Les assuré-e-s devraient donc payer de plus en plus de leur propre poche pour pouvoir être soigné-e-s. Le PS rejette fermement cette nouvelle répercussion des coûts sur les patient-e-s. Au lieu de cela, il appelle à une augmentation de la part des dépenses de santé financées par l'impôt. Continuer
02.12.2018
Au cours des 20 dernières années, les primes d’assurance-maladie ont plus que doublé en Suisse. Afin d’alléger le poids des primes sur les budgets des assuré-e-s, l’initiative d’allègement des primes vise à ce qu’aucun ménage en Suisse n’ait à consacrer plus de 10 % de son revenu disponible aux primes d’assurance-maladie. Lors du Congrès du PS Suisse à Brugg/Windisch, les 450 délégué-e-s présents ont clairement décidé de lancer cette initiative, dont la récolte débutera au printemps 2019. Continuer
27.11.2018
À l'approche de Noël, la majorité bourgeoise du Conseil national offre un cadeau empoisonné aux assuré-e-s. À l'avenir, les franchises seront automatiquement ajustées aux coûts de la santé. Si ces derniers augmentent, le montant des franchises augmentera automatiquement. La droite pourrait bien imposer une augmentation immédiate de la franchise minimale de 300 à 500 francs. De plus, les assuré-e-s risquent bien d’être contraint-e-s à conclure des contrats léonins pour une durée de trois ans. Du point de vue du PS, il est scandaleux d'imaginer que les assuré-e-s soient assommé-e-s par ces coûts dans les années à venir. Continuer
26.10.2018
Les franchises de l'assurance maladie seront désormais automatiquement ajustées à la hausse des coûts de la santé : si les dépenses de santé augmentent, les franchises sont systématiquement augmentées. A l'avenir, les assuré-e-s devront de plus en plus mettre la main à la poche pour leurs traitements. Ce mécanisme inacceptable a été décidé aujourd'hui par la majorité bourgeoise de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national (CSSS-N). En outre, les assuré-e-s seront pris-es en otage dans des contrats d’assurance pendant trois ans. Le PS combattra ces décisions par tous les moyens, car elles restreignent massivement l'accès aux services de santé pour les petits et moyens revenus. Continuer
20.09.2018
Les primes d’assurance-maladie, qui ont augmenté beaucoup plus vite que les salaires et les pensions ces dernières années, constituent un problème majeur pour de nombreuses personnes. Les personnes à faibles et moyens revenus sont particulièrement touchées. C’est pourquoi le PS prévoit de lancer une initiative qui plafonnerait cette charge à un maximum de 10 % du revenu disponible des ménages, et qui prévoit une harmonisation des réductions de primes entre les cantons. Continuer
Au cours des 20 dernières années, les primes d’assurance-maladie ont plus que doublé. Toutefois, les salaires réels et les pensions n’ont, quant à eux, guère augmenté au cours de cette période. La question de savoir comment payer les primes d’assurance-maladie est devenue un fardeau existentiel pour de nombreux ménages. Cela est d’autant plus vrai que non seulement les primes augmentent, mais que, dans de nombreux cantons, des subventions de primes sont également réduites. Avec son initiative d’allègement des primes, le PS veut limiter le fardeau que représentent les primes. Aucun ménage ne devrait avoir à consacrer plus de 10 % de son revenu disponible aux primes d’assurance-maladie. Continuer
14.09.2018
Le financement du système de santé suisse atteint ses limites. La concurrence forcée par les groupes d’intérêts et les partis bourgeois, ainsi que la recherche du profit qui y est associée, entraînent une augmentation constante des coûts. C’est pourquoi le PS se félicite de l’intention du Conseil fédéral de prendre des mesures efficaces pour limiter la croissance des coûts. Le principal problème pour de nombreuses personnes reste les primes d’assurance-maladie, qui augmentent beaucoup plus vite que les salaires et les pensions. C’est en réponse à ce constat que le PS prévoit de lancer une initiative populaire visant à limiter les coûts des primes à un maximum de 10 % du revenu disponible, par ménage. Continuer
09.05.2018
La question de l’accès des prestataires de soins au domaine ambulatoire nécessite plus que jamais une solution définitive ! Le PS salue les lignes directrices du projet du Conseil fédéral, consistant à régler rapidement la question en conditionnant l’accès des prestataires de soin au secteur ambulatoire à des critères de qualité. Le PS restera malgré tout très attentif à ce que les caisses n’obtiennent pas plus de pouvoir qu’elles n’en possèdent déjà. Le PS voit en revanche d’un très bon œil que la compétence de délivrer les autorisations d’exercer soit retirée aux assureurs, pour être transférée aux cantons. Continuer

Pages