10.10.2017 | Initiative populaire sur la transparence
La population sera prochainement appelée à se prononcer, afin de déterminer si elle souhaite plus de lumière dans l’opaque financement du monde politique suisse. L’initiative « pour plus de transparence dans le financement de la vie politique » a été déposée aujourd’hui, avec près de 110 000 signatures. Celle-ci exige que les partis et comités rendent leurs finances transparentes, tout comme l’origine des dons importants, supérieurs à 10 000 francs. Cette transparence renforce la démocratie directe, soutient le processus de construction de l’opinion et scelle la confiance envers le monde politique. Continuer
01.06.2017
Aujourd’hui, la majorité de droite bourgeoise du Conseil national a encore une fois écarté deux interventions visant à plus de transparence dans le financement politique. La population ne doit, selon eux, pas savoir qui finance les campagnes, les partis ainsi que les politicien-ne-s, ni les sommes qui se retrouvent en jeu. L’initiative sur la transparence veut précisément remédier à cette carence : la récolte de signatures se poursuit encore jusqu’à cet automne. Continuer
25.08.2016
Chaque année c’est le même constat : la Suisse est lanterne rouge en matière de transparence en comparaison européenne. Le dernier rapport de l’organe anti-corruption du Conseil de l’Europe (GRECO) arrive, cette année encore, à la conclusion suivante : la Suisse possède un large potentiel d’amélioration dans ce domaine. Ce déficit est, pour un état qui, comme la Suisse, tire grande fierté de sa démocratie directe, très gênant et tout simplement inacceptable. Continuer
26.04.2016 | Bündnis für mehr Transparenz in der Politikfinanzierung
Avec la publication du texte de l’initiative dans la feuille fédérale, le signal de départ est donné pour la récolte de signatures. L’initiative « pour plus de transparence dans le financement de la vie politique » souhaite apporter de la clarté aux électrices et électeurs sur les flux financiers des campagnes politiques. Elle demande la publication des comptes des partis politiques, l’interdiction des dons anonymes et une publicité de tous les dons de plus de 10'000 francs par personne et par an à un parti ou à un comité. Continuer
05.02.2016
La Commission des institutions politiques du Conseil national (CIP-N) a rejeté presque toutes les propositions visant à améliorer la transparence en politique. Seules deux d’entre elles, se rapprochant sérieusement d’un vague alibi, ont pu trouver une majorité. Pour Valérie Piller Carrard, conseillère nationale (FR), « le parlement a visiblement une bien courte mémoire, en particulier sur la droite de son échiquier politique. Il y a quelques mois à peine, et dans la foulée de ‹ l’affaire Kazakhstan ›, des promesses ont été faites en faveur d’une plus grande transparence. Les élections étant aujourd’hui terminées, les promesses semblent avoir été rapidement oubliées ». Afin de faire enfin la lumière les flux financiers en matière politique, le PS a rejoint l’alliance « pour plus de transparence dans le financement politique », qui lancera une initiative populaire dans les prochaines semaines. Continuer
05.12.2015
Les délégué-e-s du PS ont décidé par 106 voix contre 62 et 7 abstentions de soutenir le référendum contre la loi sur le renseignement (LRens). L’Assemblée des délégué-e-s du jour à St-Gall a également désigné le conseiller national bâlois Beat Jans comme nouveau vice-président du parti. Le co-lancement de l’initiative pour plus de transparence dans le financement de la politique a été décidé sous d’unanimes applaudissements. Continuer
15.10.2015
Le PS est le premier parti de Suisse à avoir procédé de manière conséquente à des entretiens téléphoniques personnalisés avec les électrices et électeurs. Le PS ne possède pas les millions qui permettent à d’autres partis de couvrir la Suisse d’affiches et autres publicités. A contrario, nombre de personnes croient sincèrement aux valeurs défendues par le Parti socialiste ; des valeurs pour une Suisse plus ouverte et plus solidaire. Ainsi, ce ne sont pas moins de 3'500 membres du PS qui sont entré-e-s en contact avec les électrices et électeurs au cours des dernières semaines, lors de 550 événements organisés et depuis plus d’une centaine de lieux différents. Continuer
22.05.2015
L'affaire de la divulgation d’informations au Kazakhstan par une conseillère nationale PLR a montré, une nouvelle fois, l’étendue des lacunes de la sphère politique suisse en matière de transparence. « Les citoyen-ne-s ont le droit de savoir quels sont les liens d'intérêts des politicien-ne-s qui les représentent. Et surtout, par qui ils sont payé-e-s », déclare le président du Groupe socialiste, Andy Tschümperlin. Le PS a pris au mot tous les élu-e-s fédéraux qui se sont déclarés outrés par cette affaire. Dans ce sens, il a déposé une initiative parlementaire, aujourd’hui même, exigeant la déclaration des liens d’intérêt de tous les élu-e-s fédéraux. Lorsque le parlement se penchera sur ce texte, nous saurons qui souhaite réellement plus de transparence au Palais fédéral. Continuer
12.11.2014
Le Conseil fédéral ne veut pas qu’à l’avenir, le corps électoral puisse savoir qui finance les partis politiques et les campagnes. « Cette position est un paradoxe » déclare la conseillère nationale (VD) Cesla Amarelle. « Dans le canton d’Argovie, une initiative de la Jeunesse socialiste, demandant une plus grande transparence des financements, a presque trouvé une majorité. Cependant, le Conseil fédéral n’est pas prêt à faire le moindre geste en faveur d’une amélioration de la transparence ». Le PS déplore ce déficit démocratique. La transparence est le fondement de la démocratie, mais aussi un élément-clé de la libre formation de l'opinion publique. Le PS appelle les autres partis à suivre son exemple en rendant public leurs comptes. Continuer
La politique suisse n’a apparemment pas retenu la leçon en matière de transparence. Le rapport GRECO, publié aujourd’hui, délivre de nouveau de mauvais résultats à la Suisse. Continuer