10 % du revenu d’un ménage pour les primes d’assurance-maladie au maximum

Les primes d’assurance-maladie, qui ont augmenté beaucoup plus vite que les salaires et les pensions ces dernières années, constituent un problème majeur pour de nombreuses personnes. Les personnes à faibles et moyens revenus sont particulièrement touchées. C’est pourquoi le PS prévoit de lancer une initiative qui plafonnerait cette charge à un maximum de 10 % du revenu disponible des ménages, et qui prévoit une harmonisation des réductions de primes entre les cantons.

« Nous voulons contrer l’inaction du Parlement dans la réforme du système de santé et les attaques répétées contre les intérêts des assuré-e-s », déclare Marina Carobbio, conseillère nationale (TI) et vice-présidente du PS Suisse, lors de la conférence de presse présentant le texte de l’initiative, à Berne. « L’initiative d’allègement des primes permettra aux ménages de payer plus facilement leurs primes. Et cela obligera le corps politique à intervenir contre les coûts trop élevés des soins ».

Le texte de l’initiative est délibérément formulé de manière claire et concise. « La charge maximale de 10 % du revenu disponible pour les primes d’assurance-maladie ne doit pas être dépassée », déclare Barbara Gysi, conseillère nationale (SG) et vice-présidente du PS Suisse. En plus du texte constitutionnel succinct, le PS formule dans un concept de mis en œuvre ses idées sur la manière dont l’initiative devrait être appliquée. « Nous voulons un texte constitutionnel concis, mais nous voulons que le concept de mise en œuvre indique clairement quelle sera la structure de cette loi ».

En plus d’être un soulagement notable, l’initiative apporterait également plus de justice, puisque le droit aux réductions de primes serait le même dans tous les cantons. « Ce n’est pas le cas aujourd’hui, certains cantons réduisent leurs parts et se retirent de plus en plus du cofinancement des réductions de primes », explique Rebecca Ruiz, conseillère nationale (VD). En conséquence, la tendance des réductions n’a souvent pas suivi le rythme des hausses effectives des primes.

En outre, l’initiative réglemente la prise en charge des coûts. Le financement de la réduction des primes est réparti entre la Confédération et les cantons. « Sur ce total, deux tiers proviendraient de la Confédération et un tiers des cantons », ajoute Barbara Gysi. L’approbation du texte de loi et le lancement définitif de l’initiative seront décidés par le Congrès du PS, début décembre. Le début de la récolte de signatures est prévu pour le printemps 2019.

Interlocuteur-trices sur ce thème

Clément Borgeaud

Clément Borgeaud

Porte-parole & campagnes Suisse latine

Colin Vollmer

Colin Vollmer

Porte-parole & campagnes Suisse latine

Partager l'article :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Animation laden...Animation laden...Animation laden...

Newsfeed