29.04.2016 | Alliance « NON à l’initiative vache à lait »
Avec beaucoup d’argent et des affiches qui n’ont, de prime abord, l’air de rien, les importateurs d’automobiles tentent de vendre leur initiative « vache à lait » comme un projet équilibré. Comme le démontre le sondage Gfs publié aujourd’hui, les votant-e-s voient clair dans cette manœuvre de diversion, le nombre de rejets étant supérieurs à celui des acceptations. Malgré ces premiers éléments encourageants, la large coalition prônant le NON à cette initiative devra encore démontrer, au cours des prochaines semaines, que l’initiative « vache à lait » revient à un véritable pillage des caisses de la Confédération. C’est tout l’édifice de l’Etat qui s’effondrerait si les taxes ne devaient être affectées qu’en faveur de ceux qui les paient. De plus, au lieu d’une saine collaboration, elle propose de mettre en concurrence les transports publics et la route. Continuer
07.04.2016 | Alliance « NON à l’initiative vache à lait »
Des parlementaires issus de six partis différents ont participé aujourd’hui à une conférence de presse pour défendre le NON à l’initiative « vache à lait ». L’argument principal est simple : l’initiative creuserait un trou béant dans les caisses de la Confédération. Le milliard et demi concerné fera défaut dans la formation, l’agriculture ou dans les transports publics. Ceux qui soutiennent des finances publiques saines et un financement d’avenir en matière de transports devront glisser un NON dans les urnes le 5 juin prochain. Continuer
22.03.2016 | Comité NON à l’initiative « vache à lait »
L’initiative appelée « vache à lait », issue des rangs du lobby routier coûterait au minimum 1,5 milliard de franc chaque année à la Confédération. Un large comité visant à contrer cette initiative a été mis sur pied : PS, PDC, Verts, verts’libéraux, PBD et PEV rejettent cette initiative. Au-delà des partis, le comité du NON à l’initiative « vache à lait » compte de nombreuses associations : UTP, Litra, Pro Bahn, ATE, WWF, Pro Natura, l’Union des villes suisses, Groupement suisse pour les régions de montagne ou encore l’Union suisse des paysans. Continuer
17.03.2016
Le PS s’oppose aux plans de l’UDC et du PLR, rendus publics aujourd’hui, de vendre la participation majoritaire de la Confédération dans Swisscom. Pour le conseiller national Jacques-André Maire (NE), «Swisscom est une poule aux œufs d’or, il n’a pas de raison de la tuer. Après tout, dans le domaine de la télécommunication, la Suisse peut se targuer d’un service presque unique au monde en termes de qualité, de fiabilité, de prix et de couverture de l’ensemble des régions. » Brader les bijoux de famille publics serait un non-sens économique car il vaut mieux des dividendes réguliers qu’un revenu ponctuel à court terme. Continuer
19.06.2015
La Suisse du multilinguisme et de la démocratie directe a besoin d'une SSR forte, qui puisse contribuer à une formation de l'opinion politique transcendant les frontières linguistiques. Sans public, les chaînes de télévision et de radio publiques ne peuvent pas remplir cette tâche. Pour cette raison, le PS défend une définition du service public au sens large du terme. La SSR a certes besoin de plus de transparence et de contrôles internes, sans pour autant que son indépendance ne soit écorchée. « Les politicien-ne-s ne doivent pas se mêler de programmation. Il serait désastreux que le Parlement s’immisce dans les choix touchant au contenu de la SSR », explique Roger Nordmann, vice-président du Groupe socialiste. Dans sa volonté de contribuer au débat en cours, le PS a répondu aux dix questions les plus importantes en matière de service public médiatique. Continuer
16.06.2015
Le Groupe socialiste soutient, à l’unanimité, l’initiative populaire « Pas de spéculation sur les denrées alimentaires ». En misant sur un prix à la hausse des denrées alimentaires, les banques suisses courent le risque de déclencher des famines et d’augmenter encore la pauvreté dans les pays en voie de développement. La spéculation sur les denrées alimentaires est certes problématique sur le plan éthique, mais peut également, au vu de sa fréquence, déstabiliser le système financier. Le PS s’engagera donc demain au Conseil des Etats, en faveur d’un oui à cette initiative. Continuer
03.06.2015
Le PS a pris connaissance du sondage relatif aux votations du 14 juin et diffusé aujourd’hui par l’institut GfS. Il est difficile de comprendre pourquoi l’initiative sur les successions ne rassemble pas plus de soutien, alors même que 98% de la population en profiteraient et qu’elle rapporterait quatre milliards à l’AVS. La LRTV se trouve quant à elle sur le ballant. Malgré les arguments polémiques avancés par l’USAM, le PS reste convaincu que les arguments rationnels, en faveur de cet objet, finiront par l’emporter : la révision baissera la redevance à 400 francs par ménage, tout en renforçant le soutien aux minorités linguistiques et, partant, la cohésion nationale. Continuer
22.05.2015
L'affaire de la divulgation d’informations au Kazakhstan par une conseillère nationale PLR a montré, une nouvelle fois, l’étendue des lacunes de la sphère politique suisse en matière de transparence. « Les citoyen-ne-s ont le droit de savoir quels sont les liens d'intérêts des politicien-ne-s qui les représentent. Et surtout, par qui ils sont payé-e-s », déclare le président du Groupe socialiste, Andy Tschümperlin. Le PS a pris au mot tous les élu-e-s fédéraux qui se sont déclarés outrés par cette affaire. Dans ce sens, il a déposé une initiative parlementaire, aujourd’hui même, exigeant la déclaration des liens d’intérêt de tous les élu-e-s fédéraux. Lorsque le parlement se penchera sur ce texte, nous saurons qui souhaite réellement plus de transparence au Palais fédéral. Continuer
01.04.2015
De nouveaux «Europaalleen», du nom du parc immobilier luxueux construit par les CFF à Zurich, ne doivent pas voir le jour en Suisse. C’est pourtant exactement ce que prévoit la stratégie immobilière des CFF, approuvée aujourd’hui par le Conseil fédéral. «Les CFF compte se consacrer presque uniquement à la construction de logements à des prix élevés, basés sur ceux du marché. La part de logements abordables du parc immobilier de l’ex-régie va chuter de 83 à 33 pourcents. Cette stratégie est totalement déplorable, elle discrimine toutes les personnes à la recherche de logements à des prix abordables», regrette le conseiller national socialiste Carlo Sommaruga. Le PS rejette catégoriquement cette politique d’exclusion et se battra, avec ses sections locales, contre tous les projets semblables à la folie zurichoise. Continuer
18.02.2015
Le PS ne ferme pas la porte à une discussion sur le fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA) et ce, même si le message envoyé aujourd’hui par Doris Leuthard au parlement est jugé insuffisant. Pour la conseillère nationale (FR), Valérie Piller Carrard, « nous ne pouvons accepter que 400 millions de francs soient ponctionnés, chaque année, dans les caisses de la Confédération. Le financement du FORTA doit passer par une augmentation substantielle de la taxe sur les huiles minérales ». Le PS poussera également pour que les agglomérations soient traitées en priorité. « Les vrais problèmes de trafic se situent dans les agglomérations, pas au Gothard », précise encore l’élue fribourgeoise. Continuer

Pages