Le PS veut investir un milliard dans une offensive de formation continue

En Suisse, il y a des dizaines de milliers de personnes qui pourraient et voudraient travailler, mais qui se retrouvent désécurisées, dans leur emploi ou à l’aide sociale. Les causes sont variables : âge, difficultés à retrouver le chemin du travail après une interruption de carrière pour raisons familiales ou qualifications parfois insuffisantes. C’est pourquoi le PS appelle à une seconde chance pour toutes et tous en matière de formation. Lors de son Assemblée des délégué-e-s à Goldau (SZ), le PS a adopté à l’unanimité le papier de position « Travail et éducation pour toutes et tous » et a exigé qu’un milliard de francs suisses des excédents de la Confédération soit versé chaque année dans un fonds en faveur de la formation, afin de soutenir une offensive en la matière.

« Ce fonds de formation financerait des offres de formation continue qui n’entraînent pas d’interruptions de travail et conduisant à l’obtention d’un diplôme reconnu sur le plan fédéral. Ainsi, ce fonds permettrait de couvrir le coût de la vie durant la période de formation », déclare Roger Nordmann, conseiller national (VD) et président de Groupe socialiste aux Chambres fédérales. « Ce fonds profiterait aux chômeuses et chômeurs de longue durée, aux immigré-e-s, aux personnes de plus de 50 ans, aux jeunes qui ont des difficultés à s’insérer sur le marché du travail et aux femmes qui souhaitent retourner dans le monde du travail après une maternité ayant entraîné une interruption de carrière ».

Les trois autres thèmes de la campagne électorale, à savoir l’égalité, la baisse des primes d’assurance maladie et le climat, ont également fait l’objet d’intenses discussions entre les délégué-e-s à Goldau (SZ). Par exemple, les délégué-e-s ont exprimé leur solidarité avec les mouvements de grève pour le climat et ont voté en faveur de l’initiative pour les glaciers. « Cela devrait faire monter la pression sur le Conseil fédéral pour qu’il mette enfin en œuvre l’Accord de Paris sur le climat », a déclaré le conseiller aux États (FR) et président du PS Suisse, Christian Levrat. Enfin, les délégué-e-s recommandent, par 106 voix contre 1, de voter OUI le 19 mai sur la directive européenne sur les armes.

Au début de l’AD, Christian Levrat s’est adressé aux délégué-e-s en ces termes : « nous disons OUI à l’Europe, OUI à la protection des salaires, OUI à Schengen et OUI à RFFA. Ces convictions sont plus concrètes, plus solides et plus constructives que de simplement réagir à l’actualité médiatique et de suivre les dernières tendances. » La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a ensuite lancé un appel à la solidarité climatique : « Nous ne devons pas nous contenter de relever les problèmes. C’est le cas depuis trop longtemps. Nous devons trouver des solutions à ces problèmes avant qu’il ne soit trop tard. »

Interlocuteur-trices sur ce thème

Clément Borgeaud

Clément Borgeaud

Porte-parole & campagnes Suisse latine

Colin Vollmer

Colin Vollmer

Porte-parole & campagnes Suisse latine

Partager l'article :

Facebook
Twitter
LinkedIn
Animation laden...Animation laden...Animation laden...

Newsfeed