12.08.2015
En nommant Jacques de Watteville en qualité de chef-négociateur avec l’UE, le Conseil fédéral a choisi un diplomate compétent. Cependant, avec un mandat à temps partiel et limité à de la coordination, les attentes que le conseiller fédéral Didier Burkhalter a lui-même posées en juin pourront-elles être atteintes ? Pour le président du PS Suisse, Christian Levrat, « le temps imparti au Conseil fédéral pour la mise en œuvre de l’initiative contre l’immigration de masse s’égrène rapidement. Nous devons considérer que l’UE ne souhaite pas d’accord et trouver une issue avec les forces constructives en matière de réformes intérieures». Le PS a constamment répété qu’une solution ne pouvait être trouvée qu’au travers de réformes intérieures dans les domaines économiques et sociaux. Continuer
31.07.2015
Dans son discours du 1er août, partagé sur la chaîne Youtube du PS Suisse, Christian Levrat a appelé à prendre soin de la tradition suisse et à porter secours aux personnes frappées par la guerre ou la pauvreté : « lorsque des êtres humains avaient urgemment besoin de nous, nous avons toujours répondu présents, en ouvrant nos cœurs et nos foyers. Il n’y a pas de raison qu’il en aille différemment cette fois-ci. » Continuer
23.07.2015
Les quelques 580’000 électeur-trice-s ayant droit de vote et vivant hors de Suisse doivent jouïr d’une représentation politique. « Les Suisse-sse-s de l’étranger perçoivent la Suisse dans sa globalité. Ils participent depuis toujours au succès et à la diversité culturelle du pays et cela doit être enfin reconnu. Par leurs expériences diverses et variées, ils peuvent apporter beaucoup au pays », peut-on lire dans le manifeste électoral présenté aujourd'hui par le PS International à Berne. Le PS International prendra part aux élections fédérales d’octobre fort de la présence, dans certains cantons, de ses propres listes ou de ses propres candidat-e-s. Continuer
23.07.2015
Les Suissesses et Suisses de l'étranger, également connus sous le nom de « cinquième Suisse », ont un droit légitime à une représentation au parlement. Pour cette raison, le PS International, fort d’un programme qui lui est propre, lance plusieurs listes et candidat-e-s dans la course aux Chambres fédérales. Continuer
06.07.2015
Le vote d'hier des Grec-que-s marque la fin de l'austérité. « Cette politique imposée unilatéralement durant les cinq dernières années a échoué », constate le président du PS Suisse Christian Levrat. Les institutions, en particulier l'Union européenne (UE), doivent accepter la décision du peuple grec et entamer de nouvelles négociations avec son gouvernement. Un effondrement de la Grèce comporterait d’incalculables risques de nature sociale, économique et géopolitique et doit absolument être évité. Continuer
11.06.2015
Le sauvetage des relations bilatérales avec l'Union européenne (UE) est la priorité de l'agenda politique. Toutefois, sans de profondes réformes intérieures, il ne pourra être mené à bien. « Les bilatérales ne trouveront une majorité que si les citoyen-ne-s, et pas uniquement l’économie, en tirent avantage », affirme Roger Nordmann, vice-président du Groupe socialiste. « C’est pour cette raison que le PS veut soutenir les salarié-e-s locaux, par un effort en matière de formation et d’intégration, un renforcement de la protection des salaires et une offensive face à la pénurie de logements. » Les conditions de vie de toutes et tous, et non les intérêts de quelques grandes entreprises, sont au centre de nos préoccupations. C’est en ce sens que le PS soutien un paquet de réformes, regroupant 21 interventions de ses parlementaires. Continuer
29.05.2015
Sous l’impulsion du PS, la Commission des affaires juridiques du Conseil national (CAJ-N) a adopté une nouvelle loi, visant à rendre aux populations concernées, l’argent acquis illégalement par certains dirigeants étrangers. Pour la conseillère nationale (FR) Ursula Schneider Schüttel, « la loi donne les bases légales nécessaires pour un blocage et une restitution de l’argent illégalement acquis, alors que le Conseil fédéral devait alors activer le droit d’urgence. Cette loi renforce la démocratie et le développement, dans les pays où règnent des potentats autocratiques. Cela permet également de faire un pas supplémentaire vers une place financière propre ». Continuer
26.05.2015
Le 9 février 2014, les votant-e-s ne se sont exprimés ni sur la fin de la libre circulation des personnes, ni sur la fin des relations bilatérales avec l’Union européenne (UE). Ils se sont exprimés contre un modèle de migration, dans lequel seule l’économie prime, au mépris de l’être humain. La mise en œuvre de l’article 121a sur l’immigration doit se faire, sans pour autant conduire à la rupture des accords bilatéraux. En ce sens, l’approche du Conseil fédéral est bonne : d’abord négocier une adaptation de la libre circulation avec l’UE, avant d’introduire des contingents ou autres restrictions de manière unilatérale. En parallèle, le Conseil fédéral doit entreprendre bien plus énergiquement les réformes nécessaires en matière de politique intérieure (marché du travail et formation). Continuer
07.05.2015
En tant que membre de Schengen et de Dublin, la Suisse est responsable de ce qui se passe aux frontières de l'Europe. Opérations de sauvetage en Méditerranée, réintroduction de la possibilité de déposer des demandes d'asile dans les ambassades ou encore augmentation massive des contingents de réfugiés ; toutes ces solutions sont viables à la seule condition que les Etats européens agissent de concert. Dans ce sens, le PS a déposé une série d’interventions parlementaires durant la session extraordinaire. Ces dernières exigent du Conseil fédéral davantage de coopération avec nos voisins européens. Dans le même temps, la Suisse doit donner l'exemple. Cela passe par des contingents aussi élevés que possible, plus de moyens pour les opérations de sauvetage et pour l’aide sur place. Continuer
06.05.2015
Avec l’acception de la motion socialiste 14.3120, le Conseil national s’est prononcé en faveur du « maintien, du développement et de la consolidation des relations avec l’Europe », tel que l’a formulé le conseiller national (GE) Carlo Sommaruga dans son intervention. Le Conseil national donne ainsi une claire majorité en faveur du sauvetage des accords bilatéraux. Fait marquant à relever : le PLR a voté contre son conseiller fédéral Didier Burkhalter et, en conséquence, contre la voie bilatérale. Continuer

Pages