15.02.2019
Actuellement, les assuré-e-s des régions urbaines paient généralement des primes trop élevées et subventionnent ainsi les primes peu élevées des régions plus périphériques. La Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national (CSSS-N), dominée par une majorité bourgeoise, veut confirmer cette situation déséquilibrée. Elle prévoit d’adapter la base juridique afin de maintenir les régions de primes dans leur état actuel. Continuer
28.01.2019
Chères et Chers journalistes, Samedi dernier, une décision historique du Tribunal fédéral a été publiée : la plus haute instance judiciaire suisse a statué en faveur du Parti socialiste lucernois et oblige le canton de Lucerne à relever le seuil de revenu donnant droit à des réductions individuel Continuer
28.01.2019
Samedi dernier, une décision historique du Tribunal fédéral a été publiée : la plus haute instance judiciaire suisse a statué en faveur du Parti socialiste lucernois et oblige le canton de Lucerne à relever le seuil de revenu supprimant le droit à des réductions individuelles de primes d’assurance-maladie (subventions cantonales). D’autres cantons, dont Berne, Argovie ou encore le Valais, violent les exigences du Tribunal fédéral. Le PS accorde aux cantons concernés un délai d’un mois pour réexaminer leurs limites en ce qui concerne les réductions individuelles de primes et pour procéder aux ajustements nécessaires. Dans le cas contraire, il intentera une action en justice contre les cantons qui rechigneraient ou tarderaient à appliquer cette décision. Continuer
18.01.2019
La Commission de la sécurité sociale et de la santé du Conseil des États (CSSS-E) a approuvé aujourd'hui une proposition visant à adapter automatiquement les franchises à l'évolution des coûts de la santé. Les assuré-e-s devraient donc payer de plus en plus de leur propre poche pour pouvoir être soigné-e-s. Le PS rejette fermement cette nouvelle répercussion des coûts sur les patient-e-s. Au lieu de cela, il appelle à une augmentation de la part des dépenses de santé financées par l'impôt. Continuer
13.12.2018
Une réglementation efficace de l’admission des prestataires de soins est essentielle pour freiner l'augmentation incontrôlée des coûts de la santé. La modification de la loi fédérale sur l'assurance-maladie (LAMal), adoptée hier soir par le Conseil national, a été édulcorée par la droite à un point tel que les compétences de contrôle des cantons sont peu à peu transférées entre les mains des caisses. Continuer
27.11.2018
À l'approche de Noël, la majorité bourgeoise du Conseil national offre un cadeau empoisonné aux assuré-e-s. À l'avenir, les franchises seront automatiquement ajustées aux coûts de la santé. Si ces derniers augmentent, le montant des franchises augmentera automatiquement. La droite pourrait bien imposer une augmentation immédiate de la franchise minimale de 300 à 500 francs. De plus, les assuré-e-s risquent bien d’être contraint-e-s à conclure des contrats léonins pour une durée de trois ans. Du point de vue du PS, il est scandaleux d'imaginer que les assuré-e-s soient assommé-e-s par ces coûts dans les années à venir. Continuer
26.10.2018
Les franchises de l'assurance maladie seront désormais automatiquement ajustées à la hausse des coûts de la santé : si les dépenses de santé augmentent, les franchises sont systématiquement augmentées. A l'avenir, les assuré-e-s devront de plus en plus mettre la main à la poche pour leurs traitements. Ce mécanisme inacceptable a été décidé aujourd'hui par la majorité bourgeoise de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national (CSSS-N). En outre, les assuré-e-s seront pris-es en otage dans des contrats d’assurance pendant trois ans. Le PS combattra ces décisions par tous les moyens, car elles restreignent massivement l'accès aux services de santé pour les petits et moyens revenus. Continuer
20.09.2018
Les primes d’assurance-maladie, qui ont augmenté beaucoup plus vite que les salaires et les pensions ces dernières années, constituent un problème majeur pour de nombreuses personnes. Les personnes à faibles et moyens revenus sont particulièrement touchées. C’est pourquoi le PS prévoit de lancer une initiative qui plafonnerait cette charge à un maximum de 10 % du revenu disponible des ménages, et qui prévoit une harmonisation des réductions de primes entre les cantons. Continuer
14.09.2018
Le financement du système de santé suisse atteint ses limites. La concurrence forcée par les groupes d’intérêts et les partis bourgeois, ainsi que la recherche du profit qui y est associée, entraînent une augmentation constante des coûts. C’est pourquoi le PS se félicite de l’intention du Conseil fédéral de prendre des mesures efficaces pour limiter la croissance des coûts. Le principal problème pour de nombreuses personnes reste les primes d’assurance-maladie, qui augmentent beaucoup plus vite que les salaires et les pensions. C’est en réponse à ce constat que le PS prévoit de lancer une initiative populaire visant à limiter les coûts des primes à un maximum de 10 % du revenu disponible, par ménage. Continuer
06.07.2018
Dans la Commission de la santé du Conseil national (CSSS-N), les bourgeois-e-s sont responsables de l'augmentation rapide des coûts de la santé. A la demande du lobby des assurances maladies, ils retardent le débat sur la réglementation de l’admission des fournisseurs de prestations dans le secteur ambulatoire, bien que la solution actuelle provisoire expire courant 2019. La gestion de l’admission par les cantons est l'une des mesures les plus efficaces pour maîtriser les coûts dans le système de santé. Le PS Suisse s'engage donc à tout faire afin qu'une solution définitive et permanente de gestion des autorisations puisse entrer en vigueur le plus rapidement possible. Continuer

Pages